Essai Aston Martin DB11 (2017)

– Colle di Val D’Elsa, Italie

Mince alors. Je suis derrière le volant de l'Aston Martin DB11 2017 au milieu des collines de Toscane, un endroit intéressant pour lancer la plus britannique des voitures hautes performances de luxe, et me voilà perdu. Un virage à gauche manqué et me voici dans le hameau de Montalcino, une ville étrusque parcourue de chemins de pierres, d'arches magnifiques, et de rues juste assez larges pour accueillir une Fiat Punto, et un couple de piéton. La plupart des rues sont à sens unique, et ma compréhension des pictogrammes sur les panneaux de signalisation en Italie est meno di niente

Peu importe : la DB11 effectue une entrée subtile, mais remarquée, le grondement de son pot d'échappement venant résonner doucement contre la pierre séculaire. Pas âme qui vive dans le centre de ce petit village, et personne ne semble remarquer la conduite à droite de la DB11 avec des plaques britanniques, excepté un homme torse nu terriblement excité après avoir identifié l'Aston Martin une centaine de mètres plus loin. 

Le succès futur d'Aston Martin réside en grande partie sur la DB11, la société étant en pleine phase de modernisation, afin d'éviter de devenir un serpent qui se mord la queue, dans un cycle constant de régénération. Au lieu de cela, avec les partenariats à venir avec Red Bull Racing et Daimler, pour ne nommer qu'eux, Aston Martin doit s'assurer que son association entre la performance et le luxe - ainsi que sa réputation d'offrir le mode de transport à l'un des plus grands héros d'action du monde, James Bond - demeure intacte et qu'elle évolue en une entité rentable.

2017 Aston Martin DB11: First Drive
2017 Aston Martin DB11: First Drive

 

Après l'importante remise en question qui a mené à l'existence de la DB11, presque tous les détails du coupé sont exquis et remarquables.

Ceci nous amène donc à la DB11, la sculpture roulante symbole de la mise en application de ce plan. Après l'importante remise en question qui a mené à l'existence de la DB11, presque tous les détails du coupé sont exquis et remarquables.

Si l'on devait démarrer d'un point précis, c'est bien le look et le ressenti dans la DB11, à l'intérieur de l'habitacle déjà. Alors que l'extérieur de la DB11 comporte des repères visuels qui nous connectent rapidement à la vénérable DB9, tout l'intérieur moderne, et sompteux de la DB11 font de la DB9 une voiture du siècle dernier.

Dire que l'intérieur de la DB11 s'enroule autour de votre corps aussi bien qu'un gant est un doux euphémisme. Sa conception est digne de celle d'un costume trois pièces sur mesure. Vous glissez, vous vous installez dans les sièges avant ultra confortables. Ce ne sont pas là les sièges plats d'une Bentley. L'attention a été portée aux détails, et aux points de détails fréquents. Prenez le volant plat cerclé par exemple : il est trapu, magnifique. Le cuir est partout. Une variété d'options de garnitures apporte à chaque DB11 une personnalité distincte. Vous vous sentez riche lorsque vous êtes au volant de la DB11. Toutes les voitures d'essai bénéficiaient d'une finition en cuir cousu, que ne renierait pas une marque de chaussures de grande marque. 

Une variété d'options de garnitures apporte à chaque DB11 une personnalité distincte. 

Les graphismes sont clairs et nets, et l'écran tout numérique apporte une touche futuriste. Le système de navigation et d'infotainment semblera familier à ceux qui ont pratiqué les récents modèles Mercedes-Benz, car la DB11 partage une version du logiciel Comand et ses commandes tactiles. L'écran numérique est lui-même enveloppé par un cuir souple. Il va sans dire que la DB11 est idéalement équipée avec un système sonore Bang & Olufsen.

Tout aussi impressionnant est le travail soigné au niveau du design du V12 bi-turbo de 5,2 litres sous le capot, offrant 600 chevaux. Produire des moteurs puissants n'est pas une nouveauté pour Aston Martin, mais au regard de la puissance affichée, on remarque que la course à la performance s'intensifie. La propulsion est standard - même si une transmission intégrale n'est pas inenvisageable pour les années à venir - tout comme la transmission par boîte huit vitesses automatique à passages rapides. D'après un ingénieur proche du projet DB11, ces 600 chevaux ne constituent qu'un point de départ pour les produits futurs, et une boîte manuelle effectuera un jour son apparition sur une prochaine génération d'Aston Martin.

Être assis à admirer la DB11 sans la conduire est presque criminel. C'est une véritable fête pour les sens lorsque vous la mettez en route. De multiples modes de conduite changent le tempérament de la DB11, de discrète, à sauvage. Personnellement, je pense que c'est le mode Sport qui convient le mieux à exprimer sa puissance. L'accélérateur, sensitif, vous est rapidement familier, et vous entendez ou même sentez difficilement le turbo se mettre en action. En fait, vous êtes probablement davantage concentrés plus intensément sur la note lourde et prétendument inaltérée de l'échappement, qui remplit l'habitacle.

2017 Aston Martin DB11: First Drive
2017 Aston Martin DB11: First Drive

 

En approchant d'un virage serré en montée, sur une route vallonnée, la sonorité de la DB11 constitue une véritable sonate.

Tout le temps que j'ai passé au volant de la DB11, ce fut sur des routes publiques, où le public italien a pu avoir l'opportunité d'avoir une première impression des capacités du coupé. En approchant d'un virage serré en montée, sur une route vallonnée, la sonorité de l'échappement de la DB11 constitue une véritable sonate, avec des hurlements, des ronflements, et même de petits craquements. Je savoure avec enthousiasme. 

Petit moment de panique pendant une petite seconde : les roues arrière dérapent quelque peu sur l'asphalte récemment refait. Le différentiel à glissement limité était sûrement en action, mais j'ai tout de même eu droit à un bon patinage des roues. La DB11 se corrige à la fois grâce à l'effort infime réclamé par la direction, mais aussi par son châssis hyper réactif. Je m'imagine bien flirter avec la zone rouge à chaque rapport, en grimpant jusqu'à 320 km/h. Son poids réduit, en grande partie composé en aluminium léger, semble solide, et digne de confiance.

Des déceptions ? Elles sont peu nombreuses. La direction est un peu "légère" à mon goût, et le bouton "push" de la transmission conserve ce côté "ai-je bien sélectionné ce rapport ?" Les sièges arrière demeurent des strapontins, sans vraiment d'espace pour que des adultes puissent s'y asseoir confortablement.

De nombreuses heures passées au volant de la DB11 m'ont amené à réfléchir et à me faire ma propre opinion sur Aston Martin. S'il est vrai que "vous vous souvenez toujours de votre première fois", je pense que mes impressions au sujet d'une Aston seront toujours effectuées en comparaison avec cette DB9 qui m'avait été prêtée il y a de cela quelques années. Il était alors assez terrifiant de penser partager la route avec des automobilistes qui ne pouvaient apprécier quel sentiment spécial cette voiture procurait, et à quel point elle me faisait sentir un brin héroïque. Si elle traçait de manière fluide dans un virage, ce n'était qu'une question de relation entre l'homme, la machine, et la route.

2017 Aston Martin DB11: First Drive

 

L'Aston vous excitera comme aucune Continental GT ne pourra le faire, jouant son rôle de GT quand vous le voulez, et devenant une vraie voiture de sport à la simple pression d'un bouton.

La DB11 démarre à 204'900€, mais elle excèdera rapidement 270'000€ si vous vous laissez porter par votre imagination, et par la liste des options. La fourchette de prix place la DB11 dans un territoire relativement peu fréquenté, lorsque l'on parle des meilleures voitures hautes performances. Le prix peut sembler un peu élevé pour son offre mais, en même temps, il ne l'est pas. Je pense que l'AMG GT S offre presque tout ce que la DB11 offre également, en termes de puissance et de châssis, mais ce n'est pas une voiture assemblée à la main, et son intérieur est bien moins chaleureux. 

L'Aston vous excitera comme aucune Continental GT ne pourra le faire, jouant son rôle de GT quand vous le voulez, et devenant une vraie voiture de sport à la simple pression d'un bouton. Elle vous dorlotera plus qu'une McLaren 570S ne le ferait. Elle offre une expérience beaucoup moins bruyante qu'une Porsche 911 GT3 RS, avec pourtant 100 chevaux de plus. Seule une Ferrari California T se rapprochera de ses attributs, mais les options de personnalisation disponibles sur l'Italienne sont bien moins nombreuses.

La DB11 est la remplaçante parfaite de la DB9, une vraie GT, remplissant les critères d'un supercar : tous ceux qui la voient sauront tout de suite ce que c'est, même si ils n'en verront plus une autre avant un moment. Et ils sauront que c'est une Aston Martin, au premier coup d'oeil. 

Photos: Jeff Jablansky / Motor1.com

View moreView less