Essai Jaguar XF 3.0 V6 300 ch - Le diesel a encore du bon

En voilà une bonne surprise. Si nous nous attendions à prendre en main une grande berline haut de gamme sans âme et sans saveur, la nouvelle Jaguar XF a su nous surprendre, et avec brio qui plus est. Pourtant, la fiche technique ne laisse paraître rien d'extravagant : moteur V6 diesel, sans doute très feutré, 0 à 100 km/h en 6,2 secondes, pas mal mais pas impressionnant... Mais en s'y penchant d'un peu plus près, nous remarquons deux données plutôt attrayantes et qui laissent présager un soupçon de sauvagerie : couple moteur de 700 Nm et transmission aux roues arrière. Un V6 diesel gorgé de couple et plein à tous les régimes, le tout, distribué aux seules roues arrière et ça sans se ruiner à la pompe ? Intéressant.

Clairement il ne s'agira pas de la version la plus vendue. Les acquéreurs, souvent des entreprises ou des professionnels du transport, se tourneront vers les moteurs diesel les plus efficients, le quatre cylindres E-performance de 163 chevaux en tête de liste. Pour autant, Jaguar, de part son nom, est une marque qui peut encore aujourd'hui se permettre de proposer à son catalogue de grosses cylindrées diesel sans trop se poser de questions. Un bon moyen de s'offrir une berline dynamique et performante sans consommer plus de 10 l/100 km, à condition, bien entendu d'avoir le budget qui va avec...

Essai Jaguar XF

Élégance et distinction de rigueur

Depuis son rachat par Tata Motors en 2008, Jaguar se porte mieux, et ça, dans tous les domaines. Si Ian Callum, directeur du design de la marque depuis 1999 a su inculquer un nouveau souffle au constructeur anglais, c'est aussi parce que Tata Motors a su lui donner le moyen de ses ambitions. Et force est de constater qu'au fur et à mesure de l'écoulement de ses générations, la XF se bonifie. Le style est plus percutant, plus tranchant, et s'affirme enfin face à ses principales rivales allemandes. 

La Jaguar XF est l'inverse de ce qu'on pourrait caractériser de paquebot roulant pour des véhicules de cette longueur (4,95 mètres). Les lignes ont particulièrement bien été travaillées afin d'obtenir un rendu qui, à nos yeux, frôle la perfection. Tout est à l'équilibre : les optiques avant agressives donnent naissance aux lignes de caractère qui viennent se prolonger sur le capot et la partie latérale de la voiture, cette calandre ni trop grande, ni trop petite, mais parfaitement dimensionnée, bref, cette Jaguar XF est sans doute l'une des plus belles de sa catégorie si ce n'est la plus belle avec cette finition R-Sport et ses quelques appendices dynamiques.

De 3/4 avant, nous ne sommes pas avares en éloges, c'est un peu plus contrasté quand on évoque la partie arrière cependant. Si les designers ont su rendre l'avant très agressifs, l'arrière demeure toujours un peu "vieux jeu" avec des feux à l'horizontale trop larges et surtout soulignés d'un liseré qui traverse l'arête du coffre vraiment too much. Il en va de même pour cette double sortie d'échappement spécifique à notre modèle de 300 chevaux qui donne l'impression d'avoir été rajouté à la va vite.

Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF

Un habitacle en progression dans tous les domaines

Après avoir eu entre les mains la première version, juste après le rachat de la marque par Tata Motors, nous n'avions pas été franchement convaincus par la qualité des matériaux et la qualité d'assemblage. Qu'à cela ne tienne, pour cette seconde génération, Jaguar a revu sa copie avec désormais des matériaux plus qualitatifs afin de se rapprocher encore un peu plus des allemandes. Malheureusement, elle s'inspire peut-être un peu trop de nos cousins germaniques. L'ambiance à bord est sombre, avec du cuir noir et quelques éléments en aluminium brossé, bref, pas très "british" comme ambiance... On est bien loin de l'esprit originel de la marque, et si les matériaux sont de meilleure qualité dans l'ensemble, on dénote encore quelques plastiques durs en partie basse et surtout un assemblage pas encore assez soigné, surtout au niveau des contours de la console centrale.

Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF

Côté habitabilité, poste de conduite sportif oblige, l'espace n'est pas très généreux à l'avant pour une grande berline. Les passagers arrière seront mieux lotis avec 2,4 centimètres de plus d'espace aux genoux et surtout 2,7 centimètres supplémentaires de garde au toit. Le passager du milieu sera en revanche bien plus à l'étroit avec un dossier bombé assez gênant et un tunnel de transmission omniprésent. Le coffre quant à lui dispose d'un volume de 540 litres, soit mieux qu'une Audi A6 (530 litres) ou qu'une nouvelle BMW Série 5 (530 litres), idéal donc pour un sac de golf. Précisons que le coffre ne bénéficie d'aucun habillage en partie haute, pas de feutrine donc mais des pas de vis apparents et surtout de la tôle apparente. Là si ce n'est pas de l'économie de bout de chandelle à ce niveau...

Niveau technologie c'est bien là que la Jaguar XF progresse, surtout avec l'arrivée de son écran d'instrumentation de 12,3 pouces en lieu et place des compteurs classiques. Ainsi, le conducteur peut par exemple suivre l'itinéraire de son GPS pendant que son passager peut regarder la télévision sur l'écran tactile de la console centrale. Ce système appelé Dual View est intégré dans le nouveau module InControl Touch, érigé au rang d'option forcément, mais qui permet également d'obtenir un spot WiFi et les applications les plus indispensables sélectionnées par Jaguar.

Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF

Un agrément de conduite au top

C'est peut-être sur la route finalement que cette Jaguar XF étonne le plus. En tout cas avec cette version V6 3,0 litres diesel, certainement pas la plus vendue pour des raisons fiscales, mais concrètement l'une des plus nobles motorisations au catalogue avec les V6 essence de 340 et 380 chevaux. Dès les premiers tours de roue, le plaisir de conduite se fait immédiatement ressentir, et rien que ça, c'est déjà une réussite à une époque où les grandes berlines s'aseptisent de plus en plus avec l'apport de quatre roues motrices et d'éléments d'aides à la conduite de plus en plus présents.

Avec 300 chevaux et 700 Nm de couple, diesel ou non, la Jaguar XF procure de jolie sensations de conduite

Avec 300 chevaux et 700 Nm de couple, ce moteur est un vrai régal, la sonorité, plutôt feutrée pour un diesel est appréciable, mais pas autant que son caractère. Avec 700 Nm disponibles dès 2000 tr/min, la XF pousse fort, même très fort pour un beau bébé de pratiquement 1800 kilos, le 0 à 100 est abattu en 6,2 secondes, la poussée est linéaire, sans être trop brutale, idéale pour conjuguer confort et dynamisme. Le dynamisme justement s'articule également autour du châssis avec un train avant impeccable et une direction, ô joie pour une grande berline, précise et incisive qui ne fait pas l'impasse sur le tout confort. On a réellement l'impression d'avoir la voiture en main et non une direction molle et souple, certes agréable en ville et lors des manœuvres, mais horripilante en conduite dynamique.

Avec toute la puissance distribuée sur les seules roues arrière, inutile de vous dire qu'il faut plutôt être vigilant, notamment sur chaussée humide. Si elle saura se montrer parfaitement saine, même en conduite dynamique, avec un ESP permissif mais pas trop, elle ne vous empêchera pas de vous amuser, toutes proportions gardées avec une vraie sportive bien entendu, et son empattement long participera qui plus est à quelques jolies sensations pour les adeptes de l'appel contre-appel. La direction imprime qui plus est une trajectoire nette et sans correction inutile au volant, et les mouvements de caisse sont réduits au maximum. En bref, une jolie polyvalence.

Essai Jaguar XF
Essai Jaguar XF

Conclusion

À plus de 88'000 € notre modèle d'essai, ça commence à faire un peu cher, même si la Jaguar XF bénéficie de très nettes améliorations en terme de qualité perçue. Pour autant, la gamme débute à partir de 42'000 € environ, pour le petit moteur quatre cylindres 2,0 litres diesel accouplé à une boîte manuelle, le tout avec la finition "Pure". Bien évidemment à ce tarif oubliez quand même pas mal d'équipements, même si d'emblée elle reçoit des jantes en alliage de 17 pouces, un écran tactile de 8 pouces ou encore la climatisation automatique bi-zone.

Lire aussi :

Notre finition d'essai baptisé "R-Sport" débute à partir de 50'000 €, le tarif augmente encore un peu plus plus si vous optez pour le V6 diesel de 300 chevaux (68'000 €) et qu'après vous cochiez pour environ 20'000 € d'options avec, par exemple, le Pack Sécurité Active (2530 €), le Pack Confort Arrière (2112 €) ou encore le Pack Affichage tête haute (1306 €). En revanche, les consommations seront à votre avantage, car même si nous avons relevé des données aux alentours de 9 l/100 km en conduite dynamique, la XF peut aisément descendre en dessous de 7,5 l/100 km en conduite plus coulée. 7,5 l/100 km ce n'est pas également la consommation mixte réelle des nouveaux moteurs downsizés au fait ?

Photos : Yann Lethuillier / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Comportement dynamique  Plus très "british" comme auto
Direction bien consistante  Quelques défauts d'assemblage
Moteur V6 3,0 litres  Tarifs de notre modèle d'essai
View moreView less