Alors que la tendance est aux SUV, voitures électriques et autres véhicules autonomes, le PDG du groupe Renault Nissan réaffirme l'intérêt de la marque japonaise pour des modèles hautes performances.

Trop sage le Mondial de Paris ? Les constructeurs présents ne font effectivement pas dans la démesure dans la capitale française, préférant mettre en avant leur savoir faire technologique en matière d'hybridation et de motorisation électrique, alors que les SUV tiennent toujours le haut du pavé. Dans le cadre du Mondial de Paris, Carlos Ghosn a pourtant indiqué que les voitures de sport seraient toujours "très importantes" pour Nissan.

"Il existe une certaine contradiction au sujet de ces voitures", a ainsi déclaré le dirigeant français, qui relève que les modèles les plus puissants "représentent 90% de la couverture média", mais ne représentent que "10% des ventes".

Voir : Nissan Micra 2017 - Les photos de la citadine en direct de Paris

Pour le PDG de Nissan, ces véhicules conservent un statut primordial dans le catalogue de la marque. "Ils représentent des porte-drapeaux", poursuit-il. "Nous allons continuer à développer (les voitures de sport)".

Le fer de lance de Nissan demeure l'emblématique GT-R et ses 600 chevaux (pour la version 6 600 NISMO), à laquelle sont apportées des évolutions chaque année. La 370Z, toujours au catalogue, n'a de son côté guère connu de changement significatif depuis sa première commercialisation en 2009. Il existe également une version NISMO du SUV compact Juke, doté du V6 3,8 biturbo de la GT-R.

On se souvient également du concept IDx, présenté il y a trois ans au salon de Tokyo (ci-dessous) mais jamais entré en production (jusqu'à aujourd'hui), tout comme sa variante IDx NISMO, avec ses 230 chevaux estimés, lui aussi demeuré à l'état d'étude.

Carlos Ghosn with Nissan IDx Concept

Pour autant, force est de constater que Renault Nissan cède à la tendance actuelle, et ce n'est pas vraiment le sport qui est mis en avant dans les allées du Mondial de Paris.

C'est plutôt la Renault Zoe qui fait partie des (petites) vedettes du salon, avec une autonomie rehaussée à 400 km (théoriques, soit 300 km effectifs) grâce à sa nouvelle batterie 41-kWh lithium-ion. Un élément qui devrait d'ailleurs prochainement profiter à sa cousine, la Nissan Leaf.

"Cette technologie sera disponible en temps voulu pour les produits Nissan", poursuit Carlos Ghosn. "Ce savoir-faire sera partagé".

Du sport oui, mais le futur passe davantage par les véhicules zéro émission, comme le reconnaît le dirigeant français.

"Je ne pense pas que vous puissiez sérieusement vous engager dans cette industrie sans voiture électrique", conclut Carlos Ghosn.

Faites partie de quelque chose de grand