À la fin des années 1960, beaucoup de constructeurs britanniques ne résistent plus à la poussée industrielle de l'automobile. C'est le cas d'Alvis qui disparaît en même temps que le carrossier Graber. En guise d'adieux, le deux entités offrent cette superbe Grand Tourisme.

Lire aussi : Une vente aux enchères Coys au Mondial de l'Auto

Alvis a longtemps été l'une des marques fer de lance du haut de gamme à la Britannique. Fondée en 1919, la firme, basée à Coventry, a connu son âge d'or dans les années 1930, avec ses modèles carrossés par Vanden Plas, Weymann ou encore Mulliners.

Alvis Speed 20
Alvis Speed 20
Alvis Speed 20

Rivales des Lagonda, Delage, Delahaye et autres Talbot London, les Alvis sont équipées de moteurs six cylindres, et peuvent, sans soucis, filer à 140 km/h, à l'image de la Speed 25, ci-dessus. Pas mal pour des autos d'avant-guerre.

Seulement, comme beaucoup de constructeurs britanniques, après la guerre, Alvis souffre. La faute, entre autre, à Jaguar. La voisine de Coventry s'est rapidement adaptée aux contraintes industrielles, là où beaucoup de marques en sont encore à la manufacture. Dans ces conditions, difficile de rivaliser.

Au début des années 1960, Alvis n'arrive plus à concurrencer Jaguar qui surfe sur le succès avec ses MkII, et surtout sa magnifique Type E, qualifiée par Enzo Ferrari de "plus belle voiture du monde". C'est dans ce contexte qu'arrive la TF21, qui restera l'ultime production automobile d'Alvis.

Un modèle équipé d'un six cylindres de 1500 cm3, et qui peut lancer l'auto à plus de 180 km/h. Des performances très respectables pour une Grand Tourisme de l'époque.

Six autos et puis s'en va

Comme à la grande époque, il est possible de faire carrosser sa TF21, et c'est ce que propose le carrossier suisse Hermann Graber, installé près de Berne. C'est le cas de l'auto présentée en photo, ici devant le château de Madame de Sévigné, près de Vitré (Ille-et-Vilaine). Cette auto fait partie de l'un des six châssis TF21 auxquels le carrossier suisse s'est attaqué. Cette dernière est même l'ultime coupé réalisé, sorti de l'atelier en 1966. Un ultime cabriolet sera finalisé en 1968.

Alvis Graber Super
Alvis Graber Super
Alvis Graber Super

La ligne est assez déroutante, pour une auto britannique. On retrouve un style très germanique sur ce long coupé, dont le profil fait penser aux Mercedes de l'époque. L'avant aussi est intrigant avec ces long feux verticaux semblant rappeler le dessin des Facel Vega françaises. L'ensemble reste très élégant, avec un intérieur en cuir chaleureux.

Lire aussi : JEU PHOTOS - Saurez-vous reconnaître ces autos stars du cinéma ?

Malgré tout, ce sera le chant du cygne, aussi bien pour Alvis que pour Graber. Les six TF21 sorties de l'atelier de Berne, les Alvis Graber Super, sont les dernières productions, aussi bien pour Alvis que pour Graber. La firme de Coventry avait en effet cessé sa production automobile, suite à son rachat par Rover.

Alvis Graber Super

Désormais, la marque britannique se concentrera sur la vente de matériel militaire. Il y eu, un temps, en 1968, un projet d'Alvis à moteur V8. Mais il faut croire, que, cette année-là, il fallait avoir des ambitions, disons, plus jeunes.

Faites partie de quelque chose de grand