On le sait, les temps sont durs dans l'automobile, et la crise de 2009 a fait beaucoup de dégâts en interne chez la majorité des constructeurs. Le Groupe Volkswagen n'a pas été épargné non plus, mais a su peut-être mieux gérer cette crise économique de grande ampleur. Cependant, l'année dernière, ce n'est pas une crise mais un scandale qui éclabousse l'ensemble du groupe avec ces fameux logiciels trompeurs qui influent sur les émissions de CO2. Doucement mais sûrement, les différents gouvernements, à commencer par les États-Unis, et de nombreuses associations de propriétaires commencent à demander réparation de ce préjudice qui devrait coûter une somme astronomique au groupe.

À lire : Volkswagen - Aucune cession de marque en prévision

Ainsi, selon une déclaration dans le quotidien financier Handelsblatt du représentant des syndicats, Bernd Osterloh, le Groupe Volkswagen devrait au cours des dix prochaines années supprimer plus de 25'000 emplois en Allemagne, soit environ 20% de l'effectif global de la société. Pour les syndicats, il s'agirait d'un plan sans précédent qui permettrait à Volkswagen de payer la facture du Dieselgate mais aussi d'assurer la transition entre le diesel et l'électrique.

Les principaux concernés seront ces fameux baby-boomers, qui prendront leur retraite dans les prochaines années et que Volkswagen souhaite envoyer en préretraite. Bien entendu il s'agira de la majorité des 25'000 suppressions, mais il se pourrait que Volkswagen s'attaque à bien d'autres postes. En effet, ce serait près des deux tiers des 60'000 membres des bureaux et des administrations qui pourraient quitter leurs fonctions. Si les départs en préretraite semblent être le meilleur compromis entre les syndicats et la direction, les suppressions de postes concernant les cols blancs devraient moins bien passer auprès des représentants.

Le 20 octobre prochain, les syndicats ont prévu une réunion avec la direction du Groupe Volkswagen afin, dans un premier temps, de leur mettre la pression avant de démarrer toutes démarches militantes.

Source : Handelsblatt

Faites partie de quelque chose de grand