A priori, rien ne permet de rapprocher l'Opel Adam, à gauche sur la photo, de la Loryc Speedster. Ni esthétiquement, ni mécaniquement, ni évidemment dans le look. Et pourtant, détrompez-vous, il y a bien plus d'Adam qu'on ne le pense dans ce drôle de cabriolet qui affiche déjà plus de 90 ans. La citadine allemande a en effet contribué à la renaissance de ce modèle d'origine majorquine.

Car Loryc est en effet une marque orginaire de Majorque. Disparue, elle tente de renaître de ses cendres sous l'impulsion d'un homme, Karl-Heinz "Charly" Bosch, qui a décidé d'en faire une voiture moderne dans sa composition et 100% électrique. C'est pour cela qu'il est allé piocher dans la banque d'organe de l'Adam : train avant, train arrière, direction, freins à disques et autre frein à main de la Loryc proviennent de la citadine. Au total, ce sont 12 picèes qui lui ont été empruntées.

Loryc Electric Speedster with Opel Adam parts

Cherchant à conserver "une allure d’ancienne mais avec une technologie moderne", "Charly" explique sa démarche : "Les composants extrêmement légers de l’ADAM présentaient deux avantages déterminants. Ils permettaient d’accroitre l’autonomie et donnaient à la Loryc un comportement tout à fait actuel." Le plus dur étant évidemment l'homologation, car pour obtenir l’homologation de type européen, la Loryc a du se plier à des consignes très strictes : avec ses 20 ch électriques, il ne fallait pas qu'elle pèse plus de 449 kg sans ses batteries. Défi réussi puisque le prototype a réussi à passer l’ensemble des 120 tests, permettant de produire la voiture de série !

Le but maintenant est de produire trois exemplaires de la Loryc Speedster dans les ateliers de Santa Ponça, et de soit les louer à des touristes, soit directement les vendre.

Lire aussi : L'Opel Insignia poursuit son développement

Faites partie de quelque chose de grand