Il y a quelques jours, nous vous révélions un probable nouveau scandale au sein du groupe Volkswagen. En effet, la marque Audi était soupçonnée par le gouvernement californien d'avoir placé des logiciels dans certains de ses modèles. Ceux-ci auraient été positionnés sur les boîtes de vitesses automatiques des modèles A6, A8 et Q5. 

Les soupçons ont fait place à une vérité. Le groupe Volkswagen vient de valider l'information dans un mail assez explicite : 

"En utilisation normale des systèmes adaptatifs assistent le conducteur en ajustant les points changements de rapports pour mieux s’adapter selon la situation de conduite. Lors des phases de tests ces programmes de changement de vitesse automatiques peuvent entraîner des résultats incorrects et qui ne peuvent pas être reproduits".

Voir:

Il est donc clair que les véhicules incriminés peuvent détecter un test, en fonction du volant qui ne tourne pas quand la voiture est placée sur un banc de test, et la boîte de vitesses adapterait ses changements de vitesses afin d'optimiser les résultats du niveau d'émission de CO2.

C'est donc un nouveau tsunami qui s'apprête à arriver sur le groupe allemand. Le scandale du DieselGate n'est pas encore enterré qu'un nouveau prend le relais. 

Les informations concernant le nombre de voitures et les motorisations exactes n'ont pas encore été dévoilées. Contrairement à ce qui a été révélé au début, il pourrait ne pas s'agir uniquement des blocs moteur essence V6, mais aussi des blocs diesel.

L'avenir va probablement s'assombrir encore une fois pour Volkswagen, mais également pour Audi qui est pointé du doigt dans ce scandale.

Faites partie de quelque chose de grand