Issue directement de la compétition, la Mercedes CLK GTR a obtenu le titre de voiture la plus chère du monde, à la fin des années 1990.

La fin des années 1990 est une période faste pour les courses d'Endurance. Après la fin malheureuse des Groupe C, l'Automobile Club de l'Ouest, l'organisateur des 24 Heures du Mans, avec la FIA, rédigent le règlement GT1. Une catégorie qui permet de se battre pour la victoire au général, mais qui impose une contrainte incontournable : la voiture doit être homologuée pour la route, et produite à 25 exemplaires, au minimum. Des prototypes sur route, rien de moins ! C'est ainsi, notamment, que la McLaren F1 GTR Long Tail voit le jour, tout comme la Mercedes CLK GTR.

Lire aussi:

Vous l'aurez compris, avec le règlement GT1, c'est l'essor des voitures de course adaptées à la course. Plusieurs autos seront ainsi créées, comme la Toyota GT-One, ou la Nissan R390. La Mercedes arrive également dans cet état d'esprit. En décembre 1996, le projet est lancé… pour un début de saison au printemps 1997 !

1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR

Lire aussi:

En 128 jours seulement, les ingénieurs d'AMG, pas encore propriété de Mercedes, dessinent et construisent la première CLK GTR. Les premiers tours de roue sont effectués à Jarama, au mois d'avril. Comme la Mercedes CLK GTR est avant tout destinée à la course, on retrouve le meilleur de la compétition sur cette voiture : l'auto est basée sur une monocoque en fibre de carbone et aluminium.

Slide 4 (1)
Slide 4 (2)
1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR

La voiture "la plus chère du monde"

La voiture est équipée du V12 6,0 litres, issue de la Mercedes S600, passé à 6,9 litres et qui développe 612 chevaux. Un bloc associé à une boîte de vitesses séquentielle à six rapports. De quoi offrir des accélérations phénoménales pour cette auto qui pèse un peu plus d'une tonne et demi : la voiture abat le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes et peut flirter avec les 320 km/h en pointe.

1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR

D'extérieur, évidemment, la ligne est radicale, sculptée par les études aérodynamiques. Même le choix de l'ouverture des portes, en élytre, est dicté par les règles de la course. Tout comme les trappes à essence, de chaque côté de la voiture, dans les montants !

Mais contraintes commerciales oblige, la CLK GTR reprend des élément de style de la Mercedes CLK de l'époque, basée sur la berline Classe E . Mercedes intègre ainsi sa calandre surplombée de l'étoile, et les quatre gros feux ronds sur la voiture. Idem à l'arrière où l'on retrouve les feux de série.

CLK (1) copie
CLK (2) copie
1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR

À l'intérieur, un effort a aussi été porté, et l'on retrouve un certain luxe comparé à la spartiate ergonomie d'une voiture de course. Pour les deux occupants, le carbone côtoie donc le cuir et l'alcantara dans cette habitacle étriqué, où Mercedes a installé son horrible volant de série, qui arrive comme un cheveu sur la soupe dans cette voiture !

Lire aussi:

Le prix s'en ressent. On n'achète pas une voiture de course comme on investit dans une Classe A. En 1998, lors de sa sortie en concessions, la Mercedes s'affiche au prix de 11 millions de francs, soit un peu moins d'1,8 millions d'euros aujourd'hui. A l'époque, elle fut surnommée "Voiture la plus chère du monde". D'autant que la voiture est très exclusive. Mercedes n'en produira au total que 35 : 2 prototypes, sept versions course, 20 coupé et six roadsters ! Il existera également une version encore plus poussé de la CLK GTR, la SuperSport de 2002, avec son V12 vu aussi sur la Pagani Zonda.

Slide 5 (2)
Slide 5 (1)
1998 - Mercedes CLK GTR
1998 - Mercedes CLK GTR

Une étoile dans le ciel

Sortie en urgence, la voiture ne sera pas homologuée à temps pour participer au championnat FIA-GT. Au début de la saison 1997, Mercedes n'a pas eu le temps de produire les 25 exemplaires requis. Les instances sportives autorisent la marque à l'étoile de courir, et le succès est immédiat.

En 1997, Mercedes remporter le titre. Et légitimement, Mercedes souhaite remporter les 24 Heures du Mans avec cette auto. La marque fait évoluer sa voiture, et l'équipe du V8 de la Sauber du Groupe C, quelques années plus tôt. Pour le coup, elle s'offre un nouveau nom : CLK LM. Mauvais choix, car les Mercedes ne passeront pas la soirée…

CLR
CLK GTR
CLK LM
CLR

L'année suivante, Mercedes propose une version encore plus radicale de sa CLK GTR : la CLR. Là encore, ce sera un échec. Mal étudiée aérodynamique ment, la CLR s'envole à deux reprise dans la Sarthe. Au Warm up, le samedi matin avec Mark Webber, puis en course, avec Peter Dumbreck, offrant ces images désormais historiques d'une voiture grise décollant sur la route entre Mulsanne et Arnage !

Mercedes n'alignera plus jamais ses CLR en course. Dommage, pour une étoile dont l'objectif était de briller en course.

Vous aimerez aussi:

Faites partie de quelque chose de grand