De nouveaux constructeurs sont soupçonnés de fraude en Corée-du-Sud

À en croire de récentes informations divulguées par l'AFP, certains modèles des gammes Porsche, BMW et Nissan seraient sur la sellette en Corée du Sud. Il s'agit là d'une énième conséquence du DieselGate qui secoue le monde automobile depuis des mois maintenant.

Lire aussi:

Bref rappel des faits : en septembre 2015, Volkswagen a avoué avoir utilisé des logiciels tricheurs sur ses moteurs TDI, et ce afin de falsifier les niveaux d'émissions polluantes lors des tests d'homologation. Après ces révélations, le ministère de l'environnement sud-coréen a décidé d'ouvrir en novembre 2015 une enquête sur les certificats d'homologation des constructeurs étrangers. Cette initiative avait déjà donné lieu à la mise à l'écart de Volkswagen, qui s'était vu interdire la vente de 80 véhicules sur le sol sud-coréen en raison d'irrégularités constatées en matière d'émissions polluantes et sonores. La firme allemande avait en outre écopé d'une amende de 14 millions d'euros.

Aujourd'hui, l'histoire continue donc et de nouveaux constructeurs sont épinglés : Porsche, Nissan et BMW, qui pourraient cette fois écoper d'une amende cumulée de 5,2 millions d'euros. Là aussi, le gouvernement sud-coréen affirme avoir trouvé des irrégularités dans les certificats de plusieurs véhicules. Dans le détail, un modèle BMW, 2 Nissan et 7 Porsche se retrouvent aujourd'hui sur le banc des accusés. 

Selon Hong Dong-Kon, fonctionnaire au ministère de l'environnement, Porsche a reconnu une partie de ses torts et a déjà retiré du marché sud-coréen 4 des 7 modèles incriminés. Toutefois, selon l'agence Yonhap cette fois, les Infiniti Q50, Nissan Qashqai, BMW X5 M, Porsche Macan S Diesel, Cayenne S E-Hybrid et Cayenne Turbo, pointés du doigt dans cette affaire, sont toujours sur le marché. Les autorités prendront une décision courant décembre.

Source : Yonhap, AFP

Faites partie de quelque chose de grand