Cette illustration donne une idée de ce que pourrait être une Giulia break.

Dans la mesure où le marché se polarise de plus en plus autour des SUV, on imagine volontiers qu'une déclinaison break de la Giulia ne fait pas partie des priorités d'Alfa Romeo. D'ailleurs, le récent lancement du Stelvio semble le prouver, lui qui fait presque office de Giulia surélevée (même plate-forme, mêmes moteurs etc). Pourtant, le constructeur italien nous a habitués par le passé à des déclinaisons Sportwagon de ses familliales indéniablement réussies sur la plan esthtique (156, 159).

Lire aussi:

Pour l'analyste Felipe Munoz de l'agence JATO Dynamic, une Giulia à soute permettrait en outre de faire face plus efficacement aux constructeurs allemands, qui écoulent 42% de leurs modèles moyen de gamme en déclinaison break.

Mais, pour le moment, le constructeur italien ne prévoit pas de céder aux sirènes de ce type de carrosserie. Pas officiellement en tout cas. Car des fuites divulguées sur le très sérieux Automotive News font état d'une possible arrivée d'une Giulia Sportwagon fin 2017, au moins en Europe. Après tout, un tel modèle permettrait au constructeur italien d'étendre sa gamme à moindres frais. L'illustration que nous vous proposons ci-dessous pourrait d'ailleurs préfigurer avec une assez grande exactitude le résultat final.

Alfa Romeo Giulia wagon render

Dans la mesure où la berline dispose d'un coffre de 480 litres, une capacité de plus de 500 litres paraîtrait envisageable pour cette mouture. 500, c'est aussi peu ou prou le nombre de chevaux d'une possible déclinaison Quadrofoglio (510 très exactement), qui ferait de la Giulia Sportwagon l'un des breaks les plus puissants du marchés. 

Faites partie de quelque chose de grand