Une maquette qui laisse bien des regrets...

C'est lors de la soirée de fin d'année chez Audi, qui clôturait officiellement l'épopée LMP1 de la marque d'Ingolstadt, que la maquette de ce qu'aurait dû être le prototype R18 2017 a été révélée, et relayée sur les réseaux sociaux notamment par deux des pilotes Audi, Loic Duval et Filipe Albuquerque.

Si la maquette n'a jamais atteint la phase de production - la décision de l'arrêt du programme LMP1 de Audi ayant été annoncée en octobre -, on peut tout de même constater que les ingénieurs de la marque allemande avaient bien avancé sur le projet, et élaboré une voiture aux évolutions notables par rapport à la version 2016.

Lire aussi:

 

C'est surtout au niveau du pack aérodynamique que la R18 2017 se serait fortement différenciée de sa devancière, comme on peut le voir sur cette illustration :

  1. Les ailettes autour du nez ont disparu.
  2. La grille d'aération à l'extrémité du nez est absente.
  3. La lame avant arbore un profil plus plat, tandis que le modèle 2016 avait une lame incurvée.
  4. Les doubles déflecteurs qui guidaient l'air autour des pontons disparaissent également.
  5. La section aérodynamique au niveau du passage de roue arrière est plus compacte. On peut imaginer que cela a notamment été pensé pour faciliter les changements de pilote.
  6. La dérive de l'aileron arrière est plus inclinée vers l'avant, et apparaît comme un élément qui semble faire partie intégrante de la carrosserie. 
  7. Les feux avant changent de forme.
Comparaison Audi R18 2017 et R18 2016

En juin dernier, dans le cadre des 24 Heures du Mans, Loïc Duval s'était exprimé auprès de Motorsport.com au sujet du cycle de compétition pour un prototype LMP1.

"Ce que j’explique souvent, c’est qu’il y a trois phases avec une voiture", disait-il. "La première phase, c’est un gros travail de fiabilité à trouver, il faut essayer de fiabiliser la voiture au maximum. C’est le moment le plus important. En règle générale, la deuxième année, on améliore encore énormément la voiture et on est capable d’avoir un gros écart en performance, car on va travailler sur l’optimisation de tout par rapport à ce qu’on aura appris pendant une année complète. Et la troisième année, on peaufine un petit peu, il n’y a logiquement aucun problème de fiabilité et on va chercher les derniers petits dixièmes." 

Source: Motorsport.com

Faites partie de quelque chose de grand