L'objectif ? Permettre aux jeunes italiens de montrer leur talent !

Comme pour la France il y a quelques années, la Formule 1 italienne est en crise. Depuis le Grand Prix du Brésil 2011 et Jarno Trulli et Vitantonio Liuzzi, plus aucun pilote italien ne s'est aligné en Formule 1. Côté Ferrari, le dernier pilote transalpin a avoir pris le volant d'une Ferrari en course est Giancarlo Fisichella, lorsqu'il avait remplacé Felipe Massa fin 2009.

Afin de permettre aux pilotes italien de montrer leur talent dans la catégorie reine, Sergio Marchionne pense qu'un programme Alfa Romeo pourrait être idéal. "En F1, Alfa Romeo pourrait devenir un bon terreau pour de jeunes pilotes italiens", admet le président de Ferrari. "Le meilleur, Giovinazzi, est déjà avec nous, mais il y en a d'autres, et ils ont du mal à trouver de la place. Alfa Romeo, plus qu'être notre équipe cliente, pourrait leur offrir cet espace." Notons cependant que les Ferrari F1 actuelles sont déjà flanquées du logo Alfa Romeo.

Ferrari F1
Alfa Romeo logo
Scuderia Ferrari, Alfa Romeo

Marchionne a toujours été partisan d'un retour de la marque au serpent dans la catégorie reine. Le président de FCA précise qu'il faut encore "attendre un peu". Relancer l'équipe de Formule 1 demande également certaines bases économiques, dont dépendent les résultats des ventes des nouveaux modèles de la marque. "Il y a de la place pour Alfa Romeo, c'est un projet qui, quelle que soit sa forme, doit trouver sa place", souligne-t-il. "Nous avons discuté avec Binotto et Arrivabene pour comprendre de quelle manière Alfa Romeo pourrait collaborer avec Ferrari."

Lire aussi:

De la patience

Le programme industriel de la marque italienne, en pleine reconstruction, demande encore de patienter. "Le problème est que, pour le moment, en raison du lancement prochain de voitures de série, il y a déjà de nombreux engagements sur le plan financier. Avec le lancement de la Giulia et du Stelvio, nous devons attendre un peu, mais j'espère pouvoir relancer ça."

Scuderia Ferrari, Alfa Romeo
(L to R): Sergio Marchionne, Ferrari President and CEO of Fiat Chrysler Automobiles with Maurizio Arrivabene, Ferrari Team Principal
Giovinazzi

Ferrari n'envisage cependant pas un système d'écurie "junior" comme c'est le cas entre Red Bull et Toro Rosso. "Nous n'essayons pas d'imiter ce que fait Marko [le conseiller spécial de Red Bull] avec Verstappen chez Red Bull", prévient Marchionne. "C'est un cas unique, et nous ne pouvons pas le reproduire. Nous aimons Giovinazzi car c'est un grand pilote. La Scuderia doit avoir un groupe de jeunes pilotes qui doivent être prêts."

Actuellement, la Ferrari Academy, le programme de formation de jeunes pilotes, compte dans ses rangs le monégasque Charles Leclerc et Antonio Fuoco, qui seront tous les deux en GP2 l'an prochain, tout comme Giovinazzi.

Si l'affaire devait se concrétiser, ce serait le grand retour de la marque italienne en Formule 1, qui a connue deux grandes époques. Celle de Fangio, au début des années 1950 puis celle des années 1980, qui ne fut cependant pas la plus glorieuse.

Lire aussi:

Source: Motorsport.com

Faites partie de quelque chose de grand