Motor1.com a passé une journée au volant des Porsche de l’école de pilotage Le Mans Driver sur le circuit Bugatti.

Le café n’a pas encore fait son effet. 9 h, en plein mois de décembre, c’est plutôt le froid qui réveille. Par chance, il ne pleut plus. Le soleil se lève sur la grande structure du circuit des 24 Heures du Mans. Devant, plusieurs Porsche, 911 et Boxster, prennent le soleil. Pas de prototypes Pescarolo, aujourd’hui. Ces derniers ne roulent plus à cette période de l’année, et s'offrent un repos bien mérité. 

Lire aussi:

Juste au-dessus des stands, Patrice Gay nous reçoit. Il est de ces anciennes gloires des 24 Heures du Mans. Pilote français reconnu, il compte deux participations aux 24 Heures du Mans sur prototype, en 1998 et 1999. Aujourd’hui, moniteur agréé Porsche, c’est lui qui va nous faire le briefing technique de la journée. "Nous sommes sur un programme coaching", explique-t-il. "Vous allez faire trois séries dans la journée avec un moniteur à côté. Auparavant, vous ferez trois tours de reconnaissance en suivant l’un de nos pilotes, et puis ce sera à vous de jouer."

Porsche Boxster Le Mans Driving School
Porsche Boxster Le Mans Driving School

Vaste programme pour une journée de prise en main. Le planning des réjouissances dévoilé, les explications techniques semblent être infinies. Pourtant, il faut rester le plus attentif possible. Patrice insiste beaucoup sur le transfert des masses, le comportement du pneu. Sur le coup, tout paraît clair. Reste désormais à l’appliquer en piste. Pour le coup, nous changeons de moniteur. Marc Peraldi, pilote régulier en VLN s’occupera de nous. L’homme est bavard, eu avare de conseil. Dès les trois tours derrière sa voiture, il explique les placement, avec les repères qui prennent la forme de cônes. Deux cônes pour signaler la zone de freinage, un cône bleu pour le point de corde, et un cône orange en sortie pour montrer la trajectoire idéale.

Pas trop vite...

Le premier run est toujours le plus dur. Pour l’ego comme les voitures. Habitué des simulateurs autos, l'épreuve de la piste est tout autre. Tout y est plus intense. Casque vissé sur la tête, ça bout là-dessous. Avouons-le, la Carrera 4S est un peu martyrisée. Pourtant, on se sent très vite à l’aise.

Porsche Boxster Le Mans Driving School
Porsche Boxster Le Mans Driving School
Porsche Boxster Le Mans Driving School
2016 - Porsche 911 Carrera 4S
2016 - Porsche 911 Carrera 4S

À droite, Marc décrypte chaque virage. "Freine", "accélère", "ne rétrograde pas trop", "plus large", "va chercher la corde". On dit que la notion du temps est relative, mais, là, la règle s’applique. Tout va très vite, mais tout semble très long. Et quand le temps se déforme ainsi, on a tendance à faire un peu trop vite les choses. Pas de tête-à-queue, mais beaucoup d’erreurs, de freinages pas bien gérés, de cordes pas respectées… Un petit débrief au moment de rentrer aux stands permet de mieux se rendre compte de la progression à faire. Pour le prochain run, il faudra bien s’améliorer sur le freinage.

Ce coup-ci, nous optons pour la 718 Boxster S. Plus légère, plus vive, et possédant un flat 6 de 350 chevaux en position centrale arrière. L’idée est ici de bien s’appliquer sur les freinages. Si cette notion est bien comprise, tout ira mieux ensuite. D'emblée, le pilotage de la Porsche est plus accessible. Sans aller moins vite, l’aisance vient plus facilement, et sur ces quelques tours, la progression se fait vite sentir. Les freinages sont plus incisifs, dès lors, tout s’enchaîne plus facilement. Reste désormais à tout appliquer pour la dernière sortie.

Porsche Boxster Le Mans Driving School

Sérieux apprentissage

Là, une difficulté vient s’ajouter, celle du soleil d’hiver, rasant. Dans tout le dernier secteur, il vient nous éblouir. Qu’importe. De retour au volant de la Carrera 4S, l’idée est de bien tout appliquer, tout en étant moins brouillon. La voiture est plus lourde, la puissance plus grande aussi. Dès lors, il faut gagner en finesse. Au terme des quelques tours ce n’est pas encore tout à fait ça, mais la différence par rapport au matin est plus que palpable ! Bien loin cependant de la démonstration qu’offre Marc en fin de séance, avant de rentrer les autos.

 

Au final, cette journée sur le circuit Bugatti a été une vraie surprise sur le plan de l’apprentissage, et les enseignements sont nombreux. Cependant, cette qualité du Porsche Driving Center à un prix. Le budget à prévoir pour une telle journée est de 1230 € avec sa propre Porsche et 1980 € avec la flotte école. Les premiers stages, eux aussi sur une journée, commencent dès 600 € avec Porsche, et 995 euros avec les voitures de l’école. De très beaux cadeaux donc, pour une prestation haut de gamme, dans les installations au Mans.

Porsche Boxster Le Mans Driving School
Porsche Boxster Le Mans Driving School

Cependant, l’apprentissage du pilotage sur le circuit du Mans est aussi possible pour des budgets plus légers. Notamment avec l’école Le Mans Driver, qui permet de prendre le volant d’un prototype Pescarolo à partir de 265 €. Là aussi, une bonne idée de cadeaux pour les amateurs de pilotage.

Photos : Dominique Breugnot/ACO et Guillaume Nédélec

Lire aussi:

Retrouvez notre gamme de cadeaux sur Motorstore.com

Gamme Pirelli

Faites partie de quelque chose de grand