Constructeur aujourd'hui disparu, AMC a pourtant été la vedette d'un épisode de James Bond en 1974.

Dans L’Homme au pistolet d’or, c’est l’excellent Christopher Lee, qui nous a quitté en juin 2015, qui campe le rôle du méchant, Francisco Scaramanga. Ce tueur à gages, qui n’abat ses victimes qu’à l’aide de son pistolet d’or, lui-même chargé d’une salle balle du même matériau, pilote une AMC Matador dans ce 9e opus des aventures de James Bond, sorti en 1974.

American Motors Corporation (AMC) est née en 1954 de la fusion de Nash Motors et Hudson Motor Car Company. Quatrième constructeur américain à l’époque (derrière GM, Ford et Chrysler), AMC, malgré la présence de la marque Jeep dans son escarcelle, voit ses ventes décliner à la fin des années septante, face à ses trois rivaux habituels mais surtout aux constructeurs japonais qui prennent progressivement de l’ampleur sur le marché américain. En 1979, AMC va même jusqu’à s’allier avec Renault mais face aux difficultés du constructeur français, le groupe américain est revendu à Chrysler en 1987. Le label AMC disparaît alors, tandis que Jeep sera sauvée grâce à la symbolique et au charisme dont bénéficie la marque.

Produite de 1970 à 1978, la Matador est un modèle de taille moyenne, décliné en berline, coupé et break. Bien décidé à promouvoir le modèle, AMC décide d’investir dans le product placement, l’édition Matador Brougham Coupe devenant la monture du bad guy de L’Homme au pistolet d’or.

Cette propulsion était pourvue d’un gros V8 de 5.896 cm3 développant 220 ch. De quoi pointer jusqu’à 192 km/h, le 0 à 100 km/h étant pour sa part réalisé en 9,3 secondes. Le modèle dont dispose Scaramanga est à même de se transformer en avion. Une option qui n’était bien entendu pas proposée au catalogue d’AMC à l’époque... À noter que James Bond (interprété ici par Roger Moore) dispose lui aussi d'une AMC : une Hornet de couleur rouge, flanquée de bandes blanches sur ses flancs.

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand