L'essor des véhicules électriques pourrait entraîner de lourdes pertes d'emplois dans le secteur automobile traditionnel.

Elmar Degenhart, grand patron du groupe allemand Continental, préparerait-il un licenciement massif ? Toujours est-il que selon lui, la transition vers la mobilité électrique engendrera inévitablement une perte importante d’emplois dans le secteur automobile. Degenhart chiffre ce tsunami social à environ 30.000 jobs perdus, rien qu’au sein du seul groupe Continental !

C’est dans la presse allemande qu’Elmar Degenhart s’est exprimé, expliquant que "la valeur ajoutée de la production des véhicules électriques étant inférieure à celle des véhicules conventionnels, des emplois dans le domaine de la production risquent d’être supprimés". Pour rappel, Continental, qui fabrique des pneumatiques de très haute qualité, est également un des principaux équipementiers de l'industrie automobile, tant dans le secteur thermique qu’électrique.

Lire aussi : Volkswagen - 1000 embauches déjà planifiées

Il n’empêche, si la production de moteurs électriques demandera moins de main d’œuvre, les véhicules qu’ils alimenteront créeront néanmoins davantage d’emplois dans des domaines pointus comme l’électronique ou encore l’informatique. Et Degenhart d’estimer "qu’il est encore impossible de savoir si le nombre d’emplois qui seront créés par l’essor de l’électromobilité sera inférieur ou supérieur à celui d’emplois supprimés". Une transition qui se fera progressivement et que l’industrie devrait pouvoir digérer sans avoir recours à des licenciements massifs. Chez Continental, 30.000 des 218.000 emplois occupés au sein du groupe dépendent exclusivement de la production de voitures à moteurs thermiques !

Faites partie de quelque chose de grand