Sale temps pour Volkswagen.

La série noire continue pour Volkswagen. Selon le New York Times, un ancien responsable du groupe a été arrêté samedi dernier par le FBI. Cette annonce intervient quelques jours après celle de l'incarcération d'un autre dirigeant Volkswagen en Corée du Sud.

Lire aussi : Dieselgate - Un cadre de VW écope d'une peine de prison en Corée du Sud

Cette fois, l'identité de l'homme a été dévoilée : il s'agit d'Oliver Schmidt, un cadre qui fut à la tête du service de mise en conformité de Volkswagen aux États-Unis de 2014 à mars 2015. Selon le média américain, il aurait été arrêté samedi dernier en Floride par des membres du FBI et doit comparaître ce lundi devant un tribunal de Détroit. Il est accusé d'avoir participé activement à la triche de Volkswagen, en tentant de dissimuler les pratiques frauduleuses du constructeur. Un porte parole de Volkswagen a affirmé par communiqué que le constructeur "continue de coopérer avec le ministère de la Justice", mais n'a pas souhaité faire de commentaire sur ce cas précis. Pour certains, l'absence de nombreux hauts dirigeants à Détroit et notamment du PDG Matthias Müller pourrait s'expliquer par ce climat tendu.

Il s'agit d'un vrai coup dur pour Volkswagen, qui aura décidément bien du mal à tourner la page du DieselGate. Pourtant, certains médias annonçaient ces derniers jours un possible accord entre la justice américaine et le constructeur. Celui-ci pourrait ainsi plaider coupable et verser du même coup plus de 2 milliards de dollars pour mettre un terme aux poursuites pénales. En effet, les dirigeants de Volkswagen souhaiteraient clore l'affaire avant l'arrivée officielle de Donald Trump à la tête des États-Unis. 

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand