Le ministre de l'Économie tente-t-il de séduire Elon Musk pour qu'il installe la future Gigafactory en France ?

Tesla n’attire pas seulement que les acheteurs. Elle semble attirer les regards des politiques. La raison ? La marque américaine a récemment annoncé son ambition d’installer en Europe une Gigafactory. Mille emplois à la clé, sans compter ceux engendrés par le renforcement des entreprises de fournisseurs. Pas mal pour relancer une région économique.

Tesla Gigafactory

Un gouvernement est potentiellement intéressé, il s’agit de celui de la France. Là où d'autres politiques français se sont plutôt rendus au CES, vendredi dernier, Michel Sapin a visité sur le site de production de la marque américaine, à Fremont, en Californie. Pour le ministre de l’économie et des finances, l’objectif se veut important à deux titres : d’une, démontrer l’intérêt de la France pour le marché de l’électrique, qu’elle domine en Europe, de l’autre, de relancer l’emploi dans un pays touché par le chômage de masse.

Tesla a déjà des pied-à-terre en Europe. Un bureau et un site de production sont déjà installés aux Pays-Bas, tandis que la marque américaine a investi l’an dernier dans la société germanique Grohmann Engineering, avec l’ambition d’y créer 1000 nouveaux emplois. Musk a donc déjà plusieurs cartes en main en défaveur d’une installation en France.

Lire aussi:

Un marché électrisé

Quels arguments pour convaincre Elon Musk de venir s’installer en France ? Celui du marché porteur. En 2016, pour la première fois de l’histoire, l’électrique a représenté plus d’1% des parts du marché français avec 27'000 unités vendues (26% de croissance), ce qui fait du marché français le premier d’Europe, devant la Norvège, pourtant en avance sur ce secteur.

Renault Zoe edition one
Nissan Leaf Black Edition
Tesla Model 3

L’autre argument, c’est celui de l’intérêt que porte les gouvernements successifs à cette technologie. D'abord sous Sarkozy, puis sous Hollande, l’État a favorisé le développement cette énergie en France, via notamment les bonus écologiques. Pour le moment, 34'700 stations de recharges sont existantes auxquelles devraient s’ajouter celles promises par Vincent Bolloré, ainsi que les plans d’installation au niveau départemental. D’ici 2030, la France souhaite proposer sept millions de points de recharge.

Une Gigafactory, dans ce contexte, serait une belle vitrine pour la France. Reste désormais à savoir si la marque américaine va se laisse séduire… Tesla n’a, pour le moment, pas souhaité communiquer sur la visite de Michel Sapin.

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand