Les menaces de Donald Trump semblent passer au-dessus de la marque aux anneaux !

Les constructeurs allemands semblent faire fi des menaces de Donald Trump envers leurs productions d’origine mexicaine. Il faut dire qu’Audi a investi massivement au Mexique. Le constructeur aux anneaux a ainsi inauguré en 2016, son usine de San José Chapa, dans l’État de Puebla, où la marque allemande a dépensé près d’un milliard d’euros.

Une usine importante pour Audi. D’une part, elle est la première à avoir été optimisée virtuellement, et à améliorer de 30% les temps de production. De l’autre, elle emploie 4200 personnes, et devrait à terme, produire 150'000 véhicules par an, dont la majorité des Q5 outre-Atlantique.

Lire aussi:

Pourtant, si vous avez suivi le feuilleton Donald Trump et les productions mexicaines, ce n’est pas du goût du futur président américain, qui a menacé ces dernières semaines Ford et GM, deux des grands groupes américains producteurs d’automobiles, puis des producteurs étrangers que sont BMW et Toyota. L’homme fort des États-Unis a prévenu : toute automobile produite au Mexique pour être vendue aux États-Unis sera taxée à hauteur de 35%. Ce qui pourrait mettre à mal les ventes de la BMW Série 3 ou de la voiture la plus vendue aux États-Unis, la Toyota Corolla. Pour le moment, Donald Trump n'a pas incriminé directement Audi.

2016 New Audi Plant in Mexico
2016 New Audi Plant in Mexico

Les marques étrangères ne semblent cependant pas s’émouvoir de ces menaces. Ainsi, par avance, Audi a confirmé son intention de produire ses voitures au Mexique. Mieux, la marque aux quatre anneaux a déclaré vouloir se concentrer d’abord sur le marché chinois que sur le marché américain. Le bras de fer, semble-t-il, ne fait que commencer…

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand