Le DieselGate ? Quel DieselGate ?

C'est donc officiel, Toyota n'est plus le premier constructeur mondial. Pourtant, le constructeur nippon a connu une année 2016 relativement correcte, avec environ 10,18 millions d'unités écoulées (soit une petite hausse de 0,2%). Oui mais dans le même temps, le grand rival Volkswagen (et ses marques satellites) a vu ses scores augmenter de 3,8%, avec environ 10,3 millions d'immatriculations pour l'ensemble du groupe. Par conséquent, le firme allemande s'est octroyé en 2016 la place honorifique de premier constructeur mondial.

Lire aussi:

Pour rappel, le groupe Toyota comprend 3 firmes distinctes : Toyota et sa branche premium Lexus donc, le spécialiste des véhicules utilitaires Hino et Daihaitsu, qui produit essentiellement des petits véhicules urbains. Naturellement, la majorité des volumes de ventes est assurée par le constructeur Toyota, qui a vendu environ 9,22 millions de véhicules en 2016 (+0,4%). Les deux autres marques se contentent des miettes, avec 780'000 véhicules pour Daihaitsu (-1,7%) et 170,000 pour Hino (+1,0%).

Dans le fond, ces résultats n'ont donc rien de vraiment alarmant. Toyota paye surtout des performances en demi-teinte sur des marchés importants tels que les États-Unis et l'Europe. En revanche, les ventes réalisées sur le marché national ont été bonnes, ce qui a permis d'afficher tout compte fait ce bilan 2016 en légère hausse. 

Même si cela relève du symbole, cette passation de pouvoir démontre une nouvelle l'impact somme toute limité du DieselGate, au moins sur les ventes de Volkswagen. Car il en va autrement sur le plan juridique et financier, comme en témoignent les nombreuses condamnations tombées récemment.

Lire aussi:

 

Faites partie de quelque chose de grand