La marque aux diamants revoit à la hausse ses objectifs de vente, en dépit d'une année compliquée.

L’année 2016 a été compliquée pour Mitsubishi. La marque aux trois diamants a dû faire face à un scandale, celui de la fraude aux consommations, et un rachat qui en a découlé, par l’Alliance Renault-Nissan. Pour l’exercice 2016-2017, l’année fiscale se terminant en mars prochain, la marque japonaise prévoit des résultats moins pires qu’escomptés il y a encore quelques mois.

Ainsi, le groupe prévoit une perte de 202 milliards de yens, soit 1,7 milliard d’euros. Initialement, la marque aux diamants escomptait une perte de 1,96 milliard d’euros. Malgré tout, Mitsubishi envisage un bénéfice d’exploitation d’un milliard de yens (8,2 millions d’euros), au lieu d’un déficit de 226,7 millions d’euros.

Lire aussi:

Faut-il y voir un effet Renault-Nissan ? Le rachat de Mitsubishi, à hauteur de 34%, par Nissan, s’est soldé par l’arrivée de Carlos Ghosn à la tête de la marque. Une réorganisation de la direction qui, apparemment, aurait été favorable à l’équilibre financier de Mitsubishi. Également, le taux de change favorable du yen permet aussi à la marque japonaise de maintenir ses des bénéfices. Pourtant, en termes de ventes, sur les neufs premiers mois de l’année fiscale, Mitsubishi ne présente pas un bilan très reluisant.

Ainsi, les ventes ont chuté de 15%, tombant à 675'000 unités. C’est au Japon, marché touché directement par le scandale que la baisse est la plus forte : -24%. En général, Mitsubishi table sur un total de ventes à 921'000 unités. Soit une baisse de 12%. L’arrivée de Nissan à son capital saura-t-elle relancer les ventes ?

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand