Les choses sérieuses commencent. Alpine, après un an de teasing, dévoile enfin sa petite sportive !

Elle a su se faire attendre. L'Alpine qu'on eut pu, parfois, surnommer l'Arlésienne, fait enfin son arrivée, par la grande porte. Déjà, elle dévoile enfin son nom, longtemps gardé secret. L'A110 sera donc l'Alpine de la renaissance, après plus de vingt années d'absence de la mythique marque sportive du Groupe Renault.

Lire aussi :

La voiture normande ne surprendra cependant personne. D'aspect extérieur, elle reprend les codes stylistiques du modèle emblématique de l'histoire d'Alpine, la fameuse A110 des années 1960-1970. Il faut dire que les lignes de l'auto étaient connues depuis la présentation du Concept Vision, en février 2016. Une auto qui à l'époque, reprenait 80% des pièces du modèle final.

Slide 3
Slide 3

L'Alpine offre un profil trapu, proche de l'ancienne A110. Il est vrai que la voiture surprend par son gabarit minuscule, proche de celui de la Vision. 

Lire aussi :

Un détail important, qui donnait un indice sur le fonctionnement aérodynamique de l'auto : "Pour l'aérodynamique, tout se fait sous la voiture", avait annoncé Bernard Ollivier à Motor1.com. C'est ainsi que l'on retrouve cet énorme extracteur d'air, qu'Alpine a présenté via un teasing et qui démontre l'efficacité de ce dernier. Pour cela, Alpine s'est notamment concentré sur le choix des matériaux, avec une carrosserie entièrement en aluminium, tandis que l'intérieur se veut aussi porté sur la légèreté. Les sièges, qui ont été dévoilés au cours du mois de février en sont un exemple. Légers, ils se veulent aussi esthétiques et portés sur le confort.

 

La planche de bord, elle rappelle également le concept Vision. On retrouve ainsi cette instrumentation numérique derrière le volant, tandis qu'un imposant écran multifonction semble surplomber la planche de bord. Reste désormais à savoir si Alpine a su relever le défi.

Slide 2
Slide 3
Slide4

Une voiture qui devrait donc peser sur la balance un peu plus d'une tonne, sans pour autant faire de concessions sur le confort, comme cela pourrait être le cas sur une Alfa Romeo 4C par exemple. L'Alpine se veut une voiture premium, bien équipée et bien finie.

Côté moteur, sous le petit capot arrière, on retrouvera probablement un bloc quatre cylindres qui devrait, selon quelques informations qui ont fuité, développer 250 chevaux, tirés d'un 4 cylindres 1.8 litres. À confirmer. L'Alpine, selon le constructeur français, devrait ainsi atteindre les 100 km/h en moins de 4,5 secondes. Notons qu'à la différence de l'A110 de l'époque, le moteur ne devrait pas être en porte-à-faux arrière, mais plutôt en position centrale, ce qui permet d'obtenir un bon équilibre sur cette voiture.

 

Si cette Alpine devait rencontrer le succès, ce qui a déjà été le cas avec les pré-commandes de la première édition, en janvier, elle pourrait se retrouver en compétition. Pourquoi pas dans la populaire catégorie GT4 ? Reste désormais à savoir comment l'auto se comporte en piste. Après plus d'un an de teasing, l'impatience se fait sentir, et pour une voiture vendue à près de 50'000 euros, l'erreur est inenvisageable ! 

Lire aussi :

Faites partie de quelque chose de grand