Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer s'en partageront les commandes !

Pour son retour en Formule 1 l'an dernier, Renault n'a pas eu tâche facile. Reprenant l'exsangue écurie Lotus, la marque française devait d'abord reconstruire les bases d'une écurie solide, avant de pouvoir espérer aller de l'avant. En cela, l'année 2016 a été une saison de transition, et la R.S.17 de Renault s'annonce être bien plus compétitive que la voiture de 2016. 

2017 - Renault F1 R.S.17
2017 - Renault F1 R.S.17
2017 - Renault F1 R.S.17
2017 - Renault F1 R.S.17
2017 - Renault F1 R.S.17

"L'an dernier, il s'agissait de poser les bases de notre plan à moyen, voire long terme", a rappelé Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport. "Maintenant, il faut être performant en piste. Je m'en assurerai en me rendant sur les courses." Il s'attend à un niveau relevé dès le début de la saison : "Tout le monde part d'une feuille blanche, nous le voyons comme une opportunité d'accélérer notre développement vers le milieu de tableau et de réduire l'écart avec les top teams."

Lire aussi:

Présentée ce mardi 21 février à Londres, la belle monoplace au losange s'annonce comme la voiture du renouveau. D'ores et déjà, la R.S.17 est plus agressive d'aspect. Nouvelle réglementation oblige, elle est plus large, plus basse, et équipée de pneus plus imposants. De quoi rappeler des autos d'il y a une dizaine d'années. Surtout, la Renault se veut plus mâture, en raison du travail de fond effectué tout au long de l'année 2016.

"C'était beaucoup de travail pour l'équipe à Viry-Châtillon et à Enstone", a commenté Bob Bell, directeur technique de Renault Sport F1. "L'équipe a fait un excellent travail dans la reconstruction de l'organisation. Cela valait le coup de se lancer dans cette aventure, et j'espère que cette voiture portera ses fruits."

2017 - Renault F1 R.S.17
2017 - Renault F1 R.S.17

Un avis partagé par Cyril Abitboul, qui estime que cette auto est bien plus travaillée que celle de l'année dernière : "Je veux prêter attention aux détails, le niveau de détail montre ce qu'a réalisé Enstone ces derniers mois. Le niveau d'intégration du moteur dans le châssis est incroyable. Un grand nombre de ces pièces seront utilisées à Barcelone."

Barcelone où les deux pilotes de l'écurie, Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer prendront le volant, dès lundi prochain. À ce moment, l'ensemble des autos du plateau auront été présentées, et désormais, ce sera à la piste de juger des efforts accomplis !

Avec Basile Davoine et Benjamin Vinel, Motorsport.com.

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand