Une affaire conclue avec GM pour 2,2 milliards d'euros !

C'est la fin d'un feuilleton qui s'étendait depuis plus d'un mois. Ce matin, via un tweet, puis un communiqué officialisant la nouvelle, PSA a annoncé qu'Opel/Vauxhall rejoignait le groupe PSA. Un rachat à 2,2 milliards d'euros qui permet au groupe Peugeot de passer deuxième constructeur automobile européen, loin devant Renault, mais en retrait encore par rapport à Volkswagen, avec 17% de parts de de marché. Avec 1'446'052 de voitures vendues pour PSA, et 979'479 voitures vendues pour Opel, cela porte à 2'425'531 la capacité du groupe, en se basant sur les résultats de 2016.

Lire aussi:

GM s'est donc séparé de branche européenne, contre 2,2 milliards d'euros. Une transaction à hauteur de 1,3 milliard à la charge seule de Peugeot pour les activités industrielles, et de 0,9 milliard pour le rachat des retraites, opéré en accord avec la banque française BNP Paribas.

"Nous sommes fiers d'unir nos forces avec Opel/Vauxhall et sommes profondément impliqués pour continuer à développer cette grande entreprise et accélérer son redressement", s'est enthousiasmé Carlos Tavares, président du directoire de PSA. "Nous respectons tout ce que les employés talentueux d'Opel/Vauxhall ont pu réaliser ainsi que les belles marques de la société et son héritage. Nous avons l'intention de gérer PSA et Opel/Vauxhall en capitalisant sur leurs identités respectives."

Collaboration à long terme

De son côté, la présidente de GM, Mary Barra, s'est aussi montrée confiante au sujet de ce rachat, et de l'apport qu'il peut représenter pour Opel/Vauxhall. "Nous sommes heureux qu'ensemble à GM, avec nos collègues d'Opel/Vauxhall et PSA, nous avons pu créer une nouvelle opportunité d'améliorer la performance à long terme de nos sociétés respectives, en s'appuyant sur nos accords précédents."

Pour la chef d'entreprise, ce rachat devrait permettre de finaliser le redressement de ces deux marques européennes : "Nous croyons que ce nouveau chapitre place Opel et Vauxhall dans une position encore plus forte à long terme et nous nous réjouissons de notre participation aux succès futurs ainsi que du fort potentiel de création de valeur de PSA. Cela grâce à notre intérêt économique et la collaboration continue sur les projets, nouveaux ou actuels."

Outre une probable participation à l'accord de joint-venture entre Honda et GM, pour les piles à combustible, PSA devrait continuer à collaborer avec GM pour la fourniture de modèles de la gamme Buick ou Holden, ainsi que sur l'électrification des voitures. PSA estime de son côté qu'Opel devrait de nouveau devenir rentable d'ici 2020.

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand