Le temps d'en faire une vraie voiture "PSA".

Pour Opel, le passage sous le giron de PSA va inévitablement changer la donne. En bien ou mal, personne ne le sait pour le moment. Aujourd'hui, ce mariage commence déjà à modifier la ligne directrice de la marque au blitz, qui va devoir reporter le lancement de la prochaine Corsa.

En effet, la prochaine mouture de la citadine allemande ne verra le jour qu'en 2020, le temps de mettre au point un véhicule doté de soubassements PSA. "Nos équipes de planification travaillent déjà à cela", a en effet annoncé Carlos Tavares, le PDG de PSA. Puis cinq nouveautés Opel abritant des composants PSA devraient voir le jour d'ici 2023. Rappelons au passage que les deux constructeurs se connaissent déjà un peu et partagent des plate-formes communes pour leur gamme SUV.

Cela devrait permettre à PSA de se libérer de certaines contraintes incluses dans l'accord avec GM. En effet, en vertu d'un principe de non-concurrence, le constructeur français ne peut pas viser de nouveaux marchés avec la gamme Opel actuelle.

Lire aussi :

Pour rappel, le rachat d'Opel par PSA a été officialisé le 6 mars dernier, juste avant l'ouverture du Salon de Genève. Le montant de la transaction s'élève à 2,2 milliards d'euros.

Pour l'heure, le pari tenté par PSA peut laisser dubitatif. En effet, Opel n'engrange plus des bénéfices depuis seize ans maintenant. En outre, le constructeur allemand vise peu ou prou les mêmes marchés que Peugeot et Citroën, avec le risque de cannibalisation que cela comporte. Néanmoins, il faut admettre dans le même temps que cet accord permettra au groupe de réaliser d'importantes économies d'échelles grâce à de nouvelles synergies. 

Source : Automotive News

Lire aussi :

Faites partie de quelque chose de grand