Derrière les chiffres inquiétants publiés par le constructeur britannique se profile un retour profitable à court terme, en raison d'un investissement conséquent et de deux nouveaux modèles appelés à un succès certain.

2015 ne restera pas une année des plus significatives pour Aston Martin en termes de performance commerciale si l'on s'en tient aux données de surface. La compagnie de Gaydon a en effet enregistré des pertes de 172 millions de dollars (153 millions d’euros) avant taxes pour son exercice de l’an passé, soit près du double de la perte enregistrée en 2014, qui évoluait à 85 millions d’euros.

Au-delà de ces chiffres pouvant sembler affolants de prime abord, cependant, il convient de faire le tri critique et de rappeler que la marque se trouve actuellement dans une active phase d’investissement en vue de l’élargissement de la gamme et de son mode de production.  

Aston Martin ne connait pas de croissance de ses ventes de routières sportives (3615 autos) mais écoule des chiffres très proches de ceux de 2014 (3661 unités) et s’attend à un chiffre très similaire au terme de l’exercice 2016.

Mais la bonne nouvelle concerne le succès commercial de la nouvelle DB11, qui devrait permettre une augmentation du chiffre d’affaire de 20% en 2016 à elle seule. Celle qui remplace la DB9 et fait l’objet d’un investissement colossal ces dernières années va donc commencer à remplir le rôle qui est le sien pour les lignes de comptes.

500 acquéreurs ont déjà rempli un bon de commande pour le racé supercar anglais avant même le dévoilement du modèle au commun des mortels. 500 commandes additionnelles sont venues charger le département ventes d’Aston après la présentation, et la marque a autorisé la mise en attente de 400 autres acquisitions à l’occasion du Salon de Genève, en mars dernier.

L’un des enjeux stratégiques d’Aston Martin concerne également son positionnement sur le segment des crossovers de luxe "GT". Le concept DBX a démontré la volonté pour Aston d’aller toucher la niche intéressée par les modèles rehaussés devenus inévitables.

La production du modèle débutera en 2020 et une partie des dépenses 2015 est liée à la mise en place de ce projet. La DBX sera produite dans une toute nouvelle usine basée au Pays de Galles et devrait représenter un marché particulièrement juteux touchant des acquéreurs un peu moins fortunés et plus de représentantes de la gent féminine.

Faites partie de quelque chose de grand