L'équipe Lotus F1 a enregistré des pertes de 57 M£ en 2015 (environ 78 M€ à l'époque, mais 68 M€ avec le taux de change actuel) avant que Renault ne la rachète, selon des comptes récemment publiés.

Cela représente une grande évolution par rapport à 2014, lorsque la compagnie a perdu 5,8 M£, soit environ 7 M€ seulement.

L'écurie basée à Enstone a opéré sous son identité précédente presque jusqu'à la fin 2015. L'accord de vente signé avec Grigny Limited, une filiale de Renault, a été finalisé le 18 décembre pour une livre sterling symbolique. La structure a formellement été rebaptisée Renault le 3 février dernier.

L'an dernier, le chiffre d'affaires est passé de 114,7 M£ (soit 137 M€ au taux de change actuel) en 2014 à 78,4 M£ (93 M€). Selon l'équipe c'est principalement dû à une baisse du sponsoring cette année-là.

Par ailleurs, le coût des ventes a diminué de 11 M£ (13 M€), alors que l'écurie limitait ses dépenses. Selon elle, ce chiffre "reconnaît la saison difficile et les contraintes budgétaires qui en découlent, auxquelles l'équipe a fait face pendant l'année jusqu'au rachat en décembre 2015".

L'écurie a souligné un "mouvement positif des fonds d'actionnariat de 76,1 M£ [91 M€]", ce qui "représente la capitalisation des prêts de la compagnie sur l'acquisition de Renault SA et la renonciation aux intérêts liés à ces prêts et à d'autres créanciers inter-entreprise".

Des attentes revues à la baisse

Présentant sa position, l'équipe indique que "la stratégie de la compagnie pour 2016 est de reconstruire la compagnie avec le bon niveau de dépenses, d'investissement et de nouvelles pratiques de travail pour refléter les ambitions de Renault sur le long terme et un plan de développement strict."

"En piste, un niveau de performance amélioré est attendu en deuxième moitié de saison. Cependant, à cause du handicap résultat du manque de développement pendant la saison 2015, l'écurie ne s'attend pas à finir à une meilleure position que l'année précédente, au championnat."

Les accords de fourniture de moteurs passés avec Red Bull et Toro Rosso pour 2017-18 sont mentionnés comme essentiels dans l'implication du constructeur français en Formule 1.

Les comptes révèlent que le nombre moyen d'employés à Enstone en 2015 était de 475, contre 464 l'année précédente. L'écurie détient par ailleurs 46 voitures historiques, dont neuf qui sont "louées à des sponsors et à des partenaires techniques sur une base contractuelle". 24 d'entre elles sont à Enstone, les 13 autres dans un entrepôt hors-site.

Source: Motorsport.com

Faites partie de quelque chose de grand