Le double Champion du monde de F1 estime que son avenir en Formule 1 est directement lié à ce qu'apportera le nouveau Règlement Technique en 2017.

Fernando Alonso a débuté en Formule 1 en 2001, et son contrat actuel avec McLaren-Honda prendra fin à l'issue de la saison 2017. Une année qui s'annonce décisive pour lui.

Avec l'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation technique, sensée rendre les monoplaces plus rapides et plus difficiles à piloter, Alonso espère retrouver une partie du plaisir qu’il a perdu au volant, déterminant son engagement futur dans la discipline. 

"Les voitures sont plus lentes qu'il y a quelques années", souligne Alonso sur les ondes de la radio espagnole COPE. "Nous devons économiser de l'essence, les pneus, les batteries... Il y a une économie constante qui va à l'encontre de l'instinct d'un pilote, qui attaque au maximum."

A lire aussi : Alonso vise les 24 Heures du Mans et l'Indy 500

"Le fait de continuer en Formule 1 dépendra du règlement de l'année prochaine, car les voitures seront très différentes", précise-t-il. "Si les voitures sont sympas, si l'on a le sentiment de piloter à la limite comme ça a toujours été le cas par le passé en Formule 1, ce ne sera pas un problème pour moi de rester. Si cette formule à l'économie continue, alors nous verrons."

Pas lié aux performances

Alonso a clairement insisté sur cet aspect, assurant que les performances de McLaren ne seraient pas le critère décisif quant à une prolongation de sa présence en F1 au-delà de 2017 : "Mon contrat avec McLaren se termine l'année prochaine, et j'y réfléchirai. Mais ça n'a rien à voir avec les résultats, c'est davantage une question de plaisir derrière le volant."

"Durant ces deux années difficiles, et avec un projet qui a démarré de zéro, je prends du plaisir et j'apprends beaucoup de choses", assure-t-il. "Grandir avec McLaren et Honda en partant de rien, et j'espère jusqu'au succès, c'est un immense défi dans la carrière d'un pilote."

"Si j'avais le sentiment que je devais gagner des courses, ou si je n'avais pas de titres mondiaux, je sentirais une pression différente ou bien je serais plus impatient de gagner, mais dans mon cas, c'est un challenge merveilleux dans lequel je suis impliqué."

Source: Motorsport.com

Faites partie de quelque chose de grand