Alors qu'il s'apprête à effectuer ses débuts en Formule 1 chez Manor dans une semaine à l'occasion du Grand Prix de Belgique, Esteban Ocon a toujours brillé par son talent en formules de promotion, en F3 Europe surtout, mais également lors d'une saison mémorable en GP3.

A 19 ans à peine, le jeune Normand s'apprête ainsi à devenir le 71e pilote français à rejoindre l'élite du sport automobile. S'il sort d'une demi-saison en championnat DTM avec Mercedes, c'est bien en monoplace que le futur pilote Manor, par ailleurs pilote de réserve chez Renault F1, a laissé son empreinte avec des performances de premier plan tout au long de son ascension.

Troisième de l'Eurocup de Formule Renault 2.0 en 2013, le natif d'Evreux a survolé la saison 2014 de Formule 3 Europe, avant de décrocher un second titre d'affilée en GP3 Series l'an passé.

Un immense paradoxe

Une saison en GP3 marquée d'un immense paradoxe puisque, si Esteban Ocon a signé la meilleure campagne de l'histoire de la discipline, avec pas moins de 253 points au compteur en fin d'année, il n'a enregistré lors de cette saison qu'une seule et unique victoire ! Mais son titre, Ocon le doit surtout à une extraordinaire régularité et une constance aux avant-postes, puisqu'il a signé une série incroyable de 11 podiums consécutifs, dont neuf 2e places successives.

A lire aussi : "L'instinct du tueur" de Lewis Hamilton fera la différence

Un succès décroché, fait notable, lors de l'ouverture à Barcelone, pour sa toute première course dans la discipline. Après deux troisièmes places au Red Bull Ring en Autriche (il était ensuite disqualifié pour hauteur de caisse non conforme à l'issue de la seconde manche), le tricolore entamait, lors du troisième meeting à Silverstone, son incroyable moisson de podium, et de deuxièmes places, une série qui allait poursuivre sur les quatre meetings suivants en Hongrie, en Belgique, en Italie, puis en Russie.

Esteban Ocon avait pourtant cru renouer avec la victoire en Belgique, mais une erreur d'appréciation lors d'une phase de voiture de sécurité virtuelle, où il accélérait quelques secondes avant la fin de la neutralisation, lui coûtait une pénalité de cinq secondes à l'issue de la course (qu'il avait conclue au premier rang), et la victoire.

Un titre acquis lors de la dernière course

Une autre victoire acquise en piste s'envolait à Abu Dhabi, où il était cette fois pénalisé pour être sorti trop large dans un virage, et bénéficié d'un gain de temps notable.

Au contact du leader Luca Ghiotto au championnat, Esteban Ocon coiffait le pilote italien pour le titre lors de l'ultime course à Abu Dhabi, en terminant troisième juste devant son rival.

Ainsi, même s'il ne s'est imposé qu'à une reprise en GP3 l'an passé, sa régularité, mais également son aptitude à reprendre des places dans le peloton (il était contraint de s'élancer quasiment à chaque fois de la quatrième ligne lors de la seconde manche de chaque meeting en raison de la grille inversée), ont prouvé la valeur du pilote français, qui a déjà fait preuve de sa pointe de vitesse au volant d'une F1 lors de tests avec Mercedes et Renault, et dont on attend impatiemment les débuts dans la discipline reine du côté de Spa aux côtés de Pascal Wehrlein.

Faites partie de quelque chose de grand