Lancé dans le grand bain avant 2017, le pilote français ne cache pas que rejoindre Renault la saison prochaine serait un "rêve qui deviendrait réalité".

Propulsé dans un baquet de titulaire chez Manor pour la deuxième partie de la saison, Esteban Ocon a participé à ses deux premiers Grands Prix en Belgique puis à Monza. Le Français n’a jamais caché que son objectif initial était d’arriver en Formule 1 la saison prochaine, mais il a saisi volontiers l’opportunité qui s’est présentée à lui "plus tôt que prévu".

"C’est génial et je suis super heureux de ce qui s’est passé", explique-t-il dans une interview accordée au site officiel de la Formule 1. "Bien sûr, je travaillais en vue de la saison prochaine, en continuant à faire des essais libres pour Renault, en construisant une bonne relation avec eux dans l’espoir de monter dans l’un de leurs baquets. Mais j’aurai désormais l’espoir d’aller chez eux sans être totalement un débutant, mais quelqu’un avec neuf courses à son actif, et c’est un vrai atout."

"Un rêve qui deviendrait réalité"

Protégé de Mercedes, prêté initialement à Renault cette saison pour y être pilote de réserve et participer à des séances d’essais libres, Ocon ne cache pas que décrocher un baquet de titulaire pour la firme au Losange était ce pourquoi il travaillait depuis le début de l’année.

"Oui, l’objectif est - ou disons plutôt que l’espoir était - de courir pour Renault en 2017", rappelle-t-il. "Je ne sais comment ça aurait fonctionné, mais c’est la partie dont mon management s’occupe. Je me concentre sur le pilotage."

Alors que Renault a insisté sur le fait de suivre de près l’évolution du jeune Français, et que les pilotes pour l’année prochaine n’ont pas encore été annoncés, l’objectif est toujours valable pour Ocon.

"C’est sûr. Renault a été champion par le passé et je travaille avec eux depuis mes débuts. Alors oui, ce serait un rêve qui deviendrait réalité, mais avant tout je dois faire du bon travail cette saison", souligne-t-il avec prudence.

Pas de pression supplémentaire

Un bon travail qui passe par le fait de soutenir au mieux la comparaison avec son coéquipier Pascal Wehrlein, lui aussi dans le giron Mercedes. De quoi ajouter de la pression ? "Non, car je ne suis pas vraiment inquiet", répond Ocon.

"Actuellement, je suis là pour apprendre. Mercedes et Renault avait un intérêt commun à me mettre dans une Manor, pour me préparer à l’avenir, pour me donner un bon apprentissage. Je suis ici avec cette perspective. C’est certain qu’il y aura une compétition entre Pascal et moi, mais c’est la F1, pas l’école maternelle. Mais ceci étant dit, il n’y a pas de pression supplémentaire sur moi."

Source: Motorsport.com

Faites partie de quelque chose de grand