La vente de la Formule 1 à Liberty Media présenterait-elle un conflit d'intérêts pour la FIA ? C'est ce que pense la députée européenne britannique Anneliese Dodds, qui en a alerté la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager.

La Fédération International de l'Automobile doit en effet approuver la vente du championnat du monde de F1 à Liberty Media, mais l'organisme qui régit le sport automobile mondial est également détenteur de 1% du capital de la F1, une part estimée à 38 millions d'euros.

Pour Anneliese Dodds, il s'agit-là d'un conflit d'intérêts, dont son cabinet a fait part dans communiqué. "L'enquête de la Commission européenne en 1999-2001 était supposée aboutir sur le fait que la FIA soit limitée au rôle de régulateur, sans intérêts commerciaux, afin d'éviter tout conflit d'intérêts."

"L'état actuel des choses, avec la FIA prête à bénéficier financièrement d'une vente qui doit être légalement approuvée par le régulateur, semble montrer que demeure un conflit d'intérêts très clair."

Voir : Heineken veut se servir de la F1 pour s'implanter en Asie-Pacifique

Il y a quelques années, Anneliese Dodds avait déjà étudié la manière dont les revenus de la F1 étaient distribués. L'an passé, les écuries Sauber et Force India s'étaient unis pour porter plainte auprès de l'Union Européenne au sujet de pratiques anticoncurrentielles.

Dodds a ainsi indiqué dans un courrier adressé à l'Union Européenne : "La FIA a le devoir de faire en sorte que les nouveaux propriétaires de la Formule 1 se conforment à "un test démontrant qu'ils sont les bonnes personnes" avant d'approuver la vente de la discipline. Compte tenu de cela, ils peuvent toucher 38 millions d'euros s'ils approuvent la vente, et cela apparaît comme étant un conflit d'intérêts par rapport à l'accord de 2001 avec la Commission."

"Je voudrais avoir l'assurance que ce très clair conflit d'intérêts sera correctement examiné avant qu'un accord ne soit validé, particulièrement si l'accord est scellé parce que la FIA est satisfaite de la vente", poursuit la députée européenne dans son courrier, qui rappelle que la plainte déposée par Sauber et Force India est toujours à l'étude.

"J'ai aussi demandé à la Commission une mise à jour concernant le fait de lancer ou non une enquête complète sur les pratiques anticoncurrentielles au sein de la discipline. La structure de financement actuelle garantit aux grandes équipes de toujours recevoir les plus grosses primes, peu importe où elles terminent sur la grille."

"Nous avons déjà perdu deux bonnes équipes dans ma circonscription [Caterham et Marussia], et il est probable que d'autres suivent si la situation ne change pas bientôt."

Anneliese Dodds a indiqué qu'elle attendait désormais de savoir quelles étaient les démarches à entreprendre suite à son courrier.

Faites partie de quelque chose de grand