Lancée en 2012, la Volvo V40 s'est offert cet été 2016 un léger restylage de mi-carrière, portant principalement sur sa face avant avec une nouvelle signature lumineuse, conçue pour être plus moderne et s'harmoniser avec la nouvelle gamme Volvo, qui comporte de belles réalisations comme les superbes Volvo XC90, S90 et V90.

À lire : Essai - Volvo XC90 T8 Excellence

Mais c'est sous le capot que se cachent les principales nouveautés : exit les cinq cylindres, Volvo adopte maintenant des motorisations Drive-E à quatre cylindres, offrant des puissances allant de 120 à 190 chevaux en diesel, et de 122 à 245 chevaux en essence. Nous avons pris le volant de la version D4, équipée du moteur 2,0 litres diesel de 190 chevaux associé à une boîte automatique Geartronic à 8 rapports.

Un design sobre et élégant

Pour son restylage, Volvo n'a pas révolutionné sa compacte souveraine, mais l'a doté de nouveaux projecteurs avant Full LED embarquant une signature lumineuse en forme de T, le fameux "marteau de Thor" que l'on retrouve sur les autres modèles de la gamme. On retrouve également une nouvelle calandre avant, au traitement plus raffiné avec des barrettes verticales chromées.

Pour le reste, le design reste globalement le même, avec des lignes plutôt sobres et élancées, ainsi qu'un traitement de la malle arrière assez unique nous donnant l'impression d'un petit break. Parmi les autres nouveautés du restylage, citons notamment de nouvelles jantes aluminium, dont le modèle "Sarpas" de 17 pouces qui équipe notre modèle d'essai, de nouvelles teintes de carrosserie, ainsi que de nouveaux garnissages intérieurs.

Essai Volvo V40 D4 (2016)

Un intérieur qualitatif mais vieillissant

A bord, l'intérieur est sobre et sérieux : il offre une habitabilité correcte, une bonne finition et des matériaux de qualité, avec un garnissage cuir "Ambre" très flatteur. Toutefois, l'ensemble paraît vieillissant, avec cette console centrale flottante qui embarque de nombreux boutons permettant de contrôler la climatisation et le système d'infotainment embarqué, et pour lesquels il vous faudra un petit temps d'adaptation pour vous habituer à leur ergonomie. L'écran central de 7 pouces est plutôt petit et non tactile, mais il offre l'ensemble des fonctionnalités attendues (navigation GPS, lecteur multimédia, téléphonie avec kit mains libres Bluetooth, ordinateur de bord...), sans pour autant révolutionner le genre.

Ce système multimédia a été toutefois mis à jour avec des services connectés, offrant la compatibilité avec l'application smartphone Volvo On Call, qui permet de suivre l'ordinateur de bord de la voiture (consommation, compteurs), la géolocaliser ou encore effectuer quelques actions simples comme le réglage de la climatisation (utile pour préchauffer sa voiture en hiver) ou encore contrôler le verrouillage du véhicule.

Parmi les aspects pratiques, nous pouvons regretter que le coffre soit d'une capacité aussi faible pour la catégorie (335 litres, quand par exemple une Peugeot 308 offre 85 litres de plus), mais qui se rattrape toutefois avec un logement sous plancher assez pratique. Les rangements à bord sont nombreux mais se révèlent assez étroits, avec notamment une boîte à gants et des bacs de portières peu accueillants.

Essai Volvo V40 D4 (2016)

Une compacte confortable et performante

Sur la route, la Volvo V40 offre un comportement digne d'une voiture du segment supérieur, avec un confort soigné : en effet, toutes les imperfections de la route semblent être gommées par un amortissement bien dosé, et avaler les kilomètres ne lui fait pas peur. Ce confort a tout de même quelques revers, avec une direction précise mais peu informative, ainsi qu'une prise de roulis restant toutefois maîtrisée.

La motorisation 2,0 litres diesel "D4" offre un silence de fonctionnement assez plaisant à bord, notamment grâce à une excellente insonorisation, ainsi qu'une puissance de 190 chevaux très confortable pour mouvoir les plus de 1400 kg de l'engin. Avec un couple généreux de 400 Nm disponible à bas régime, la voiture se révèle vive et réactive, permettant de dépasser ou de s'insérer en toute sécurité, d'autant plus avec la boîte automatique Geartonic à huit rapports qui lui offre une souplesse de fonctionnement très appréciable.

Parmi les points négatifs, nous retiendrons surtout une mauvaise visibilité à l'arrière, avec une lunette arrière étriquée ainsi que plusieurs angles morts latéraux à signaler. Quelques équipements à piocher parmi le catalogue des options seront alors d'une grande utilité, parmi lesquels la caméra de recul ou encore la surveillance des angles morts.

Essai Volvo V40 D4 (2016)

En conclusion

Malgré un restylage très discret qui ne révolutionne pas son design, la Volvo V40 offre une excellente alternative aux compactes allemandes, avec une élégance nordique et un niveau d'équipements de sécurité et d'aides à la conduite qui fera la différence. La V40 conserve ses nombreuses qualités, avec un confort soigné et un bon niveau de finition, malgré un intérieur qui commence à accuser le poids des années.

Les 190 chevaux de la motorisation 2,0 litres diesel "D4" répondent bien présents, avec 400 Nm de couple et une boîte automatique Geartonic 8 qui sauront vous offrir un confort d'utilisation très appréciable au quotidien. Face à ces performances, sa sobriété est d'autant plus appréciable, avec une consommation moyenne de 5,5 litres aux 100 km relevée durant notre essai.

Les tarifs de la gamme V40 débutent à partir de 24'340 €, pour une finition "Kinetic" équipée du moteur essence T2 de 122 chevaux. Pour notre version haut de gamme "Inscription Luxe" animée par le 2,0 litres diesel "D4" de 190 chevaux à l'essai, comptez un prix d'entrée de 40'150 €, auquel il vous faudra rajouter plusieurs milliers d'euros si vous décidez de piocher parmi le catalogue des options, particulièrement bien fourni.

Photos : Tran Ha / Motor1.com

 

 

Points positifs

Points négatifs
Agrément de conduite Volume de coffre
Confort de suspensions Visibilité arrière
Consommation raisonnable Système d'infotainment vieillissant

 

Volvo V40 Inscription Luxe D4 Geartronic 8

Motorisation Turbo diesel, 4-cylindres en ligne, 1969 cm³, 16 soupapes
Puissance 190 chevaux / 400 Nm
Transmission Traction avant
0-100 km/h 7,2 secondes
Vitesse de pointe 230 km/h
Poids 1411 kg
Volume de coffre 335 litres / 1032 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 5,0 l/100 km / Extra-urbain : 3,7 l/100 km / Mixte : 4,2 l/100 km
Prix de base 24'340 €
Prix de la version testée 40'150 €

Faites partie de quelque chose de grand