Un vent d'Ouest souffle sur le Vieux Continent !

Mercedes GLE, BMW X5, Audi Q7 et autres Volkswagen Touareg, le segment des gros SUV est trusté par les constructeurs allemands et leurs véhicules premium. Ce qui ne fait pas peur à Ford qui a décidé de se lancer également sur le créneau avec son nouveau Edge. Enfin nouveau, presque, puisque le véhicule existe déjà outre-Atlantique depuis 2014. Mais face l’engouement pour le design américain assumé de la Ford Mustang et de son pick-up Ranger, la firme de Dearborn a décidé de nous ramener un petit bout d’Amérique sur le Vieux Continent, un nouveau SUV, beaucoup moins européen que ses EcoSport et Kuga déjà au catalogue. Évidemment, le fait que le secteur des SUV soit aussi très porteur ne gâche rien ! Mais le look est-il le seul argument sur lequel peut compter ce Edge ? Que vaut cet américain lâché sur le Vieux Continent ? Pour le savoir, nous nous sommes glissés au volant de sa déclinaison haut de gamme Edge Sport, équipé du bloc 2.0 TDCI de 210 chevaux.

Essai Ford Edge Sport

Un SUV King Size !

Avant de se mettre à son volant, zoom sur sa plastique. Et avec sa grosse calandre à lamelles chromées, ses lignes taillées à la serpe ou encore sa ceinture de caisse haute qui lui donne du muscle, force est de constater que ce Ford Edge a de la personnalité. Une puissance et un air indéniablement américain qui pourraient sans aucun doute lui attirer de nombreux coups de coeur. Il faut dire que côté dimensions il ne passe pas non plus inaperçu. 4,81 mètres de long, soit entre le Mercedes GLE et le VW Touareg, presque 1,80 m de haut ou encore 1,93 m de large, là où il passe presque inaperçu dans les grandes villes aux artères qui se croisent à angle droit aux Etats-Unis, chez nous, il fait partie de la famille des grand SUV.

Pour ce qui est de notre version d’essai, le Edge Sport, il se dote par ailleurs d’un kit carrosserie spécifique, notamment reconnaissable à ses bas de caisses peints de la couleur de la carrosserie, à sa calandre teintée de noir, à ses grosses jantes de 20 pouces elles aussi peintes en noir ou encore à cette double sortie d’échappement trapézoïdale du plus bel effet.

Essai Ford Edge Sport

Manque un peu de finesse

À l’intérieur aussi l’Amérique s’invite dans ce Edge… malheureusement avec tout ce que ça comporte en termes de qualité de finition. Et par rapport aux Allemands face à qui ce gros SUV veux se frayer un chemin, il y a un monde ! Ah ça, pour avoir de l’espace, il y en a. A l’avant comme à l’arrière d’ailleurs. On est bien assis, on se sent protégé, l’ensemble fait cossu et plutôt bien équipé. Quelques détails viennent même flatter le regard comme les sièges avant sport, le volant gagné de cuir, le seuil de porte rétroéclairé et gravé du nom du SUV, le pédalier aluminium ou encore l’éclairage d’ambiance. Mais alors dès que le regard se pose sur la console centrale, tout s’écroule. Non pas qu’il y ait à redire sur le design, mais sur les matériaux employés. En l’occurence, un gros bloc de plastique percé pour accueillir des boutons et un large écran tactile. Non pas que tout ça soit mal assemblé, au contraire, mais ce ni très gai, ni très beau à regarder, ni très raffiné. Un peu rustique même. Et c’est dommage parce que sinon ce Edge ne souffre pas d’autres critiques. Si ce n’est peut-être ce système d’infodivertissement SYNC 2 facile d’utilisation, mais pas toujours très lisible. Mais de manière générale, le Ford Edge est bien équipé, tout tombe sous la main et assis à son volant, on est prêt à enchaîner les kilomètres.

A l’arrière aussi les longs trajets se déroulent sans problèmes. Même à trois adultes. En plus du large espace aux jambes, les dossiers de la banquette sont inclinables. A cela il faut encore rajouter un grand coffre, dont l’ouverture se fait sans les mains (option), annoncé de 602 à 1847 litres. En revanche, malgré tout cet espace disponible, le Edge n'est pas proposé en configuration 7 places.

Essai Ford Edge Sport

Du diesel... ou rien !

L’heure est venue de prendre la route de ce nouveau Ford Edge. Une prise en main non exhaustive en raison du temps un peu court passé à son volant. Mais un premier contact suffisant pour se rendre compte qu’il n’y a pas besoin d’attendre trop longtemps pour se sentir à l’aise à son volant, malgré son gabarit imposant. Les autres conducteurs regardent ce Edge, le voient arriver, détaillent sa plastique originale qui détone circulation Européenne, ce qui donne presque un sentiment de toute puissance à son bord ! La direction adaptative facilite sa prise en main, même dans la circulation parisienne, tandis que le bloc 2.0 TDCi biturbo de 210 ch étant vif (450 Nm de couple) n’en fait pas du tout le gros SUV pataud qu’on pourrait attendre. D’autant que l’insonorisation, travaillée par Ford avec un système de réduction actif des bruits (création de "bruits blancs" dans l’habitacle pour annihiler les bruits extérieurs), fait des merveilles. Et même à plus haute vitesse, quand on sort de ville, le moteur ne se fait que très peu entendre, à moins évidemment d’appuyer très franchement sur la pédale de droite.

Essai Ford Edge Sport
Essai Ford Edge Sport

Pour le reste, ce Ford Edge donne envie d’être conduit en douceur. D’être mené du bout du doigt. Non pas que les 210 chevaux ne soient pas suffisants, bien au contraire, mais c’est son confort qui donne cette impression de force tranquille. Et ce même avec la suspension raffermie de notre version Sport, et les jantes de 20 pouces. Ceci dit, il suffit de le pousser un peu pour voir que malgré ses deux tonnes, il se comporte aussi plutôt bien sur petites routes, sans trop le pousser dans ses retranchements évidemment, mais entre cette démultiplication de la direction en fonction de la vitesse, ses 4 roues motrices permanentes ou encore cette boîte automatique Powershift, indissociable de ce bloc de 210 ch, il s’en sort plutôt bien. Si vous comptez sortir des sentiers battus, attention par contre à la finition Sport, pus basse, qui tape légèrement les soubassements. En revanche, il n’a pas de mal à s’affranchir de terrains légèrement escarpés.

Essai Ford Edge Sport

Conclusion

Si ce Ford Edge mérite un essai un peu plus poussé que seulement quelques heures à son volant, il révèle quand même assez rapidement ses qualités, son look qui ne passe pas inaperçu, son confort, sa souplesse, son espace intérieur... Mais aussi évidemment ses défauts, comme cet habillage de la console central pas très soigné notamment.

Il est vrai que l'on a tendance à assimiler grands SUV à premium. Mais pas forcément ! Et ce Ford Edge en est la preuve puisque s'il bataille niveau taille avec une concurrence allemande faite de Mercedes GLE, BMW X5 et autres Audi Q7, niveau tarif, on est davantage du côté du Kia Sorento. Le Ford Edge débute en effet Avec une puissance supérieure, un équipement supérieur... Et puis quand on compare à un Volkswagen Touareg, l'écart ne fait que s'agrandir, avec, à équipement et puissance à peu près équivalents, entre 7000 et 10'000 € de mieux pour le Edge ! Une bonne surprise donc pour ce gros SUV qui sort des sentiers battus en s'offrant une taille et des équipements de SUV de luxe, avec un prix de segment inférieur. De quoi craquer !

 

 

Points positifs Points négatifs
Look atypique Grande taille pour nos petites routes
Espace intérieur                       Habillage intérieur
Confort Seulement proposé en diesel

Ford Edge

Motorisation Diesel TDCi, 4 cylindres en ligne, 1997 cm3
Puissance 210 chevaux / 450 Nm
Type de transmission Boîte automatique à 6 rapports - PowerShift
Transmission Transmission intégrale
Vitesse de pointe 211 km/h
0-100 km/h 9,4 secondes
Poids 2085 kilos
Volume de coffre 602 à 1847 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 6,4 l/100 km / Extra-urbain : 5,4 l/100 km / Mixte : 5,8 l/100 km
En vente 2016
Prix de base 42'750 €
Prix de la version testée 52'250 €

Faites partie de quelque chose de grand