Plus qu'une simple alternative, la Mazda3 se positionne comme une référence de sa catégorie.

Loin d'être la plus connue de sa catégorie, la Mazda3 souffre d'une concurrence féroce en Europe et notamment en France. En effet, Peugeot 308, Renault Mégane ou encore Volkswagen Golf croquent la majorité de la part du gâteau. Pourtant, la petite japonaise a clairement un rôle à jouer et ne devrait pas se positionner comme un simple outsider. Bien au contraire, celle-ci a vraiment tout pour plaire, et l'arrivée de ce restylage peu après l'arrivée d'un nouveau bloc 1,5 litre diesel de 105 chevaux en entrée de gamme ne viendront pas contredire nos propos.

Mazda a également d'autres atouts à faire-valoir. Il s'agit de l'une des seules marques à encore proposer un produit "maison" dont les composants sont l'unique création des ingénieurs de la marque. À l'époque où certaines Dacia partagent les mêmes moteurs qu'une Mercedes, Mazda produit encore seul ses moteurs et ses boîtes de vitesses. L'alliance entre constructeur ? Très peu pour la marque japonaise et la course aux économies d'échelle ne semble pas les importuner. Pour preuve, un rapide coup d'œil sur la fiche technique des moteurs essence nous montre qu'avec un bloc 2,0 litres essence atmosphérique, on peut encore très bien faire des autos qui ne consomment pas autant que toutes celles ayant répondu à l'appel du downsizing, et par conséquent, ayant perdu un cylindre en route.

Essai Mazda3 (2017)

Restylage – plus – que léger

Si Mazda ne fait pas comme tout le monde concernant certains éléments mécaniques, esthétiquement c'est plus conventionnel. Bien entendu, nous évoquons ici le restylage qui intervient sur cette version 2017 et qui demandera la plus grande concentration afin de distinguer la nouvelle Mazda3 de sa devancière.

De notre côté, nous avons eu du mal à faire le distinguo. Du coup, nous nous en sommes remis aux documents fournis par la marque qui annoncent l'arrivée d'une calandre légèrement redessinée, d'entourages d'antibrouillards et d'habillages des lève-vitres revus, de feux de jour à Led, maintenant de série sur les finitions "Dynamique" et "Sélection", ou encore d'un bouclier arrière modifié et l'arrivée de deux nouveaux coloris au catalogue (Machine Gray Métallisé et Eternal Blue Mica).

Essai Mazda3 (2017)
Essai Mazda3 (2017)
Essai Mazda3 (2017)

Intérieur sobre, simple et efficace

Une fois le seuil de porte franchi, comme à l'accoutumée maintenant depuis quelques années, nous ne sommes pas déçus. Bien entendu, faisons d'emblée abstraction de certains matériaux de qualité moyenne et assemblés de manière approximative, mais concentrons-nous sur l'ergonomie, l'excellent point de la Mazda3. Nous retrouvons au centre l'écran tactile de 7 pouces, de série, et fournit d'emblée avec le GPS dès la finition "Elégance", soit le premier niveau de finition. Plus bas, l'arrivée d'un frein à main électrique permet de libérer un peu d'espace et ouvre un rangement pour un porte-gobelet à cache coulissant.

Niveau habitabilité c'est un peu en dessous de la concurrence, et c'est bien dommage, surtout pour une voiture de 4,48 mètres de long. Les passagers arrière seront bien accueillis, sans plus, le passager du milieu en revanche se sentira un peu à l'étroit, plus qu'avec certaines concurrentes en tout cas. Le coffre bénéficie d'un volume de 364 litres, c'est inférieur à ses rivales que sont les Peugeot 308 (420 litres) ou la Renault Mégane (384 litres) pour ne citer qu'elles.

Essai Mazda3 (2017)
Essai Mazda3 (2017)
Essai Mazda3 (2017)

En revanche, Mazda est plutôt généreux niveau équipements avec quelques dotations dès l'entrée de gamme comme les sièges avant chauffants livrés d'office par exemple. Pour le cuir, d'excellente qualité soit dit en passant, il faudra néanmoins monter d'un cran et cocher la finition "Sélection". Mazda propose même l'affichage tête-haute avec désormais un affichage couleur. Vous l'aurez donc compris, mis à part au niveau de l'habitabilité, la voiture est plutôt bien dotée et n'impose pas une lecture attentive du catalogue des options étant donné que chaque finition est bien équipée de série.

Essai Mazda3 (2017)
Essai Mazda3 (2017)

Sur la route, elle rivalise avec les meilleures !

Si on a tendance à beaucoup comparer la Mazda3 avec la Peugeot 308, c'est qu'elle vient clairement se positionner en face des références du segment. Et sur la route, concrètement, cette Mazda3 nous a bluffé et n'a rien à envier à la compacte française et encore moins à la Volkswagen Golf. Équipée du plus petit moteur diesel, à savoir le bloc 1,5 litre Skyactiv-D de 105 chevaux associé à une boîte automatique à convertisseur de couple, notre modèle d'essai est loin d'être un foudre de guerre, mais assure l'essentiel.

Si elle peut s'affranchir de n'importe quel type de parcours, voiture polyvalente oblige, ses 105 chevaux peineront parfois lors des relances sur autoroute. Pourtant, la boîte automatique, très agréable et plutôt vive, participe comme elle peut quand il est nécessaire d'hausser le rythme. Concrètement, ce petit moteur sera parfait pour des trajets urbains, bien que le diesel n'ait plus le vent en poupe pour ce type de trajets, mais pour des trajets plus longs ou qui nécessitent plus de dynamisme, le bloc diesel de 150 chevaux fera parfaitement l'affaire. Mazda propose également deux alternatives essence allant de 120 à 165 chevaux.

Au niveau du comportement routier, la Mazda3 se hisse tout en haut de sa catégorie.

Bien aimable, le moteur 1,5 litre diesel est pourtant volontaire. Les versions 2,0 litres essence ou le 2,2 litres diesel devraient offrir encore un meilleur agrément, mais là où tous les constructeurs réduisent encore et encore la cylindrée quitte à parfois perdre un cylindre, Mazda préfère jouer cartes sur table avec des blocs très souples d'utilisations et des consommations pas si éloignées de celles d'un trois cylindres turbocompressé. Sur notre modèle d'essai, nous avons relevé une consommation mixte autour de 6,2 l/100 km. Un peu loin des 4,4 l/100 annoncés par le constructeur, mais pas vraiment déraisonnable pour une compacte, d'autant plus que nous ne l'avons pas vraiment ménagé.

Outre sa mécanique, il y a un point qui nous a réellement bluffé : son comportement. Dotée d'un châssis aux réglages millimétrés, la Mazda3 est un modèle de polyvalence en conjuguant avec brio confort et dynamisme. En ville, le tarage des suspensions clairement typé confort assure une absorption parfaite des aspérités de la route. Même en compression, les suspensions étonnent par leur souplesse, mais que dire alors quand on augmente le rythme... C'est bien simple, la Mazda3 surpasse toutes ses concurrentes et vient se hisser pratiquement au niveau d'une Peugeot 308. Le feeling opère d'emblée et le toucher de route est excellent, la direction, pour une fois dans cette catégorie, n'est pas trop souple et s'avère même plutôt consistante compte tenu de ce que nous avons essayé chez la concurrence.

Essai Mazda3 (2017)
Essai Mazda3 (2017)

Conclusion

Timide de prime abord, la Mazda3 mérite d'être plus reconnue en Europe là ou les Volkswagen Golf et Peugeot 308 règnent en maîtres. Malgré des tarifs plus élevés par rapport aux autres en entrée de gamme, la Mazda3 est plus richement équipée que la concurrence et, à niveau équivalent, joue clairement dans la même cour que les stars du segment.

Lire aussi :

Nous ne saurons que trop vous conseiller un moteur plus puissant malgré tout, et pourquoi pas le moteur essence 2,0 litres de 120 chevaux atmosphérique qui s’accommode parfaitement aux nouvelles normes avec, qui plus est, un agrément moteur sans doute bien meilleur que les trois cylindres turbocompressés qui sévissent actuellement sous le capot de bon nombre de compactes de segment C. Mazda fait de la résistance à ce niveau mécaniquement parlant, et il se pourrait bien que dans un futur proche, là où l'on annonce clairement les limites et la fin du downsizing, que la marque japonaise tire son épingle du jeu.

Photos : Yann Lethuillier / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Châssis et comportement  Habitabilité un peu juste
Boîte de vitesses automatique Polyvalence du moteur diesel de 105 chevaux
Dotation d'équipements Quelques détails de finition

Mazda3 1,5 litre Skyactiv-D 105 chevaux BVA6 - Sélection

Motorisation Diesel Skyactiv-D, 4 cylindres en ligne, 1499 cm³, turbo
Puissance 105 chevaux / 270 Nm
Transmission Boîte automatique à six rapports
Type de transmission Traction avant
0-100 km/h 11,6 secondes
Vitesse de pointe 181 km/h
Poids 1295 kilos
Volume de coffre 364 à 1263 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 4,9 l/100 km / Extra-urbain : 4,1 l/100 km / Mixte : 4,4 l/100 km
En vente 2017
Prix de base 23'500 €
Prix de la version testée 33'350 €

Faites partie de quelque chose de grand