Cela aurait dû être sa course. Il aurait pu, et dû, reprendre les commandes du championnat à son rival et équipier Nico Rosberg. Mais Lewis Hamilton n’a de nouveau pas été verni, ce dimanche, en Malaisie, en voyant son moteur rendre l’âme dans une longue flamme alors qu’il occupait le commandement du Grand Prix.

Il faut dire que le GP avait pris une belle tournure pour le pilote Mercedes, débarrassé de Rosberg dès le départ, suite à un accrochage entre l’Allemand et Vettel (Ferrari), au premier virage : contraint à une remontée depuis la 21e place, le leader du championnat se lançait dans une course de sauvetage, avec comme meilleur espoir de terminer en cinquième position, et de boucler la course avec un retard au championnat de 7 points sur un Hamilton relancé. Mais c’est finalement avec un coussin de 23 points sur Hamilton que le N°6 met le cap sur le Japon, après les malheurs du pilote anglais.

Avec deux Mercedes éliminées, c’est Red Bull qui s’est retrouvé avec un boulevard en tête du Grand Prix. Le duel interne entre Daniel Ricciardo et le jeune Max Verstappen a tourné à l’avantage du sympathique australien, auteur d’un dépassement autoritaire sur son équipier qui aura eu pour conséquence de lui valoir la victoire.

Dégoûté par son sort à l’arrivée, Hamilton avait du mal à croire sa malchance redondante cette saison : l’Anglais a été touché à de nombreuses reprises par des problèmes de fiabilité sur son unité de puissance Mercedes hybride en 2016, rendant désormais sa campagne vers un quatrième titre sérieusement endommagée.

"Je n'arrive pas à y croire, il n'y a que mes moteurs qui cassent cette année... Il y a quelque chose qui ne va pas, mais je n'y peux rien. C'est un moteur tout neuf, je n'ai fait qu'une course avec", commente Hamilton.

"C'est comme ça, il faut aller de l'avant et continuer à piloter comme ça. C'est bizarre que ce soit le mien qui casse. Je ne sais même pas si ma voiture va tenir les cinq dernières courses. Je sais que mes mécaniciens et moi avons ce qu'il faut [pour réussir], mais qui sait ce que vont faire mes prochains moteurs ? Ce n'est vraiment pas une bonne journée".