Frustré d'avoir laissé filer la victoire tant à Mexico qu'à Austin lors des deux dernières manches du WEC, le clan Audi entend atteindre finalement son but ce week-end à Fuji, sur un circuit qui ne lui a pas spécialement réussi par le passé.

Si les Audi R18 ont devancé les Porsche 919 Hybrid en performance pure au Mexique et aux Etats-Unis, des ennuis techniques ont, par deux fois, ruiné les chances de victoires de la marque d'Ingolstadt.

C'est surtout l'équipage de la n°8 qui peut exprimer la frustration la plus profonde, accablé par un problème technique ayant engendré la sortie de route d'Oliver Jarvis à Mexico, puis par un problème électrique au Texas. À chaque fois, Oliver Jarvis, Loïc Duval et Lucas di Grassi étaient en mesure de s'imposer. Et à chaque fois, c'est le clan Porsche, et la n°1 de Webber, Hanley et Bernhard, qui a su être présent pour hériter de la victoire.

Lire aussi : Rebellion Racing passe au LMP2 en 2017

Alors que trois épreuves restent à disputer, Di Grassi, Duval et Jarvis affichent un déficit de 37,5 points au classement derrière les leaders, l'équipage de la Porsche n°2 Romain Dumas, Marc Lieb et Neel Jani, les vainqueurs des 24 Heures du Mans. Un retard conséquent, mais Audi veut continuer de croire en ses chances, alors que la deuxième voiture, partagée par Benoît Treluyer, Marcel Fässler et André Lotterer, visera elle aussi la victoire.

Il faudra pour cela s'imposer ce week-end au Mont Fuji. Avec une ligne droite monumentale (1,4 km, sur les 4,563 km de développement total du circuit), le tracé japonais propose un challenge relevé pour les ingénieurs, avec une vitesse de pointe au-delà de 300 km/h avant le premier freinage. Un défi technique d'autant plus complexe que cette portion ultra-rapide est suivie d'un deuxième secteur fait de longues courbes et de virages rapides, puis d'un troisième secteur beaucoup plus lent avec une chicane et des virages serrés.

#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fässler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis

"Fuji représente toujours un défi très particulier", explique le Dr. Ullrich, directeur d’Audi Motorsport. "Ça commence par le tracé, qui combine l’une des plus longues lignes droites avec des virages très inhabituels. De plus, la météo est toujours un sujet crucial".

Audi espère ainsi conjurer le mauvais sort et dompter le circuit japonais, sur lequel la marque allemande ne s'est encore jamais imposée. "Nous aimerions évidemment changer ça, même si nous savons à quel point ce sera difficile", conclut le Dr. Ullrich.

Source: Motorsport.com

Audi en quête de revanche au Mont Fuji