C'est l'une des autos les plus désirables des années 1990. Avec la McLaren F1 GTR et la Honda NSX, la Bugatti EB 110 fait partie de ces Supercars qui aujourd'hui encore, jouissent d'une belle réputation.

D'autant plus pour l'EB 110 GT est la seule Bugatti à l'Italienne de l'histoire. Voulue par Romano Artioli, homme d'affaire italien, la renaissance de Bugatti, disparue dans les années 1950 se faisait chez les transalpins, avec l'ambition d'offrir l'une des meilleures sportives.

C'est ainsi que l'EB110 GT voyait le jour. Une auto à la technologie avancée, de son temps, mue par un V12 à quatre turbos, promettant 560 chevaux. La voiture offre également des performances ahurissantes : 355 km/h en pointe, et le 0 à 100 km/h en 3,26 secondes.

1994 Bugatti EB110 Auction
1994 Bugatti EB110 Auction
1994 Bugatti EB110 Auction

Succès d'estime, échec commercial

Seulement, malgré toutes ses prétentions, l'EB110 ne plaira pas forcément à tout le monde, mis à part Michael Schumacher, qui en achète une jaune, en 1994. L'EB110 ne se vend qu'à 139 exemplaires, dont 13 prototypes, et 31 en version Super Sport. La marque Bugatti sera mise en faillite, jusqu'au rachat par Volkswagen en 1998. De ce fait, la présence d'une telle auto lors d'une vente aux enchères fait toujours du bruit.

C'est le cas de la vente Duemila Ruote, organisée par RM Sotheby's, du 25 au 27 novembre prochains à Milan. A cette occasion, pas moins de 430 voitures seront présentées, dont une EB110 GT. Aucun prix n'a encore été annoncé, mais lors des dernières ventes de Bugatti EB110, les enchères ont pu atteindre près de 550'000 €. C'est tout de même bien moins cher que l'actuelle Chiron... Des amateurs ?

Lire aussi : Bugatti Chiron 18.3 (1999) - Le grand bleu de la renaissance

Abonnez-vous à la newsletter