La marque aux diamants a dévoilé son bilan biannuel. Dans cette première partie de l'année, Mitsubishi a fortement souffert du scandale des émissions de carburants, et revoit clairement ses objectifs à la baisse.

Mitsubishi, comme le groupe Volkswagen avec le Dieselgate, est impliqué dans un scandale aux émissions de CO2 au Japon. Contrairement au groupe allemand, la marque aux trois diamants a une assise moins solide, et peine à se remettre de ce fâcheux épisode. Les ventes du début de l'année 2016 en ont fortement souffert. L'entreprise a subi une perte exceptionnelle de 166,2 milliards de yens (1,4 milliard d'euros), suite à cette affaire, et notamment à l'arrêt de production de plusieurs modèles.

Les ventes de la firme se sont écroulées au niveau mondial. Ainsi, depuis avril, la marque à vendu 436'000 véhicules, soit une baisse de 16% dans un marché en croissance de 5%. En tout, la baisse de production par rapport à la même période de l'année en 2015 se chiffre à 86'000 véhicules.

Les ventes de Mitsubishi par principales régions

Régions Véhicules vendus Comparatif 2015 (%)
Japon 29'000 -17'000 (-37%)
Europe 90'000 -14'000 (-13%)
Amérique du Nord 69'000 stable
Asie 140.000 -12'000  (-8%)
Autres marchés 108'000 -42'000 (-28%)

Ainsi, Mitsubishi présente pour cette première partie de l'année fiscale 2016 (du 1er avril au 30 septembre), un chiffre d'affaires fortement en baisse. Avec 864,9 milliards de yens (7 milliards d'euros) de chiffre d'affaires, la firme japonaise un bilan en baisse de 19% ou 204,9 milliards de yens (soit 1,8 milliard d'euros). Une énorme perte qui a entraîné le rachat d'une partie de la marque par l'Alliance Renault Nissan.

Pour la fin de l'année, la marque table désormais sur 933'000 véhicules vendus, soit 29'000 de moins que prévu.

Lire aussi : Mitsubishi et Renault-Nissan, c'est fait !