Un rapport du Ministère de l’Industrie chinois offre des ambitions jamais vues concernant le secteur de l'automobile. D'après le gouvernement, 40% des véhicules immatriculés en 2030 seront des véhicules zéro émission et 20% seront des voitures autonomes. 

Ces chiffres sont assez spectaculaires quand on sait que ces voitures vertes devraient représenter plus de 15 millions d'unités dans une quinzaine d'années. 

Il est vrai que les ventes des véhicules légers en Chine sont en forte hausse depuis quelques mois. Cela est dû au soutien gouvernemental qui a réduit de moitié la taxe sur les achats des petites voitures particulières. L'intérêt de cette aide est de favoriser, dans un premier temps, l'achat des voitures à moteur thermique de faible cylindrée. Mais cette aide devrait vite faire place à d'autres, plus favorables, lors d'un achat plus écologique. 

Voir: Volvo - En route pour une délocalisation en Chine

Et les constructeurs asiatiques sont déjà en train de plancher sur le sujet. Nissan a pour volonté de proposer une voiture électrique low-cost à moins de 7.000 euros. Le constructeur Toyota est également en train de faire marche arrière. Malgré sa volonté de ne jamais arriver sur le secteur de l'électrique, la direction a annoncé qu’elle travaillait pour proposer une voiture 100% rechargeable dans un futur proche. 

De plus, de nombreuses sociétés se créent afin de proposer une voiture verte dans les prochaines années. On peut prendre l'exemple de Geely et son partenaire Volvo, qui vont commercialiser des voitures écologiques sous leur nouvelle marque Lynk & Co