Tesla s’apprête à choisir son site de production européen, tant pour les batteries que pour les véhicules électriques. La recherche d’un terrain est lancée, avec pour préférence l’Espagne, les Pays-Bas et la France.

L’Europe aura donc elle aussi droit à sa Gigafactory. Une usine géante qui assemblera les véhicules du catalogue Tesla et qui produira des batteries. De quoi permettre à Tesla d’atteindre l’objectif de production qu’il s’est fixé pour 2018, à savoir 500.000 voitures assemblées chaque année. Actuellement, les véhicules qui sont distribués en Europe sont assemblés à Tilburg aux Pays-Bas, sur base de composants et d’éléments produits à Fremont aux États-Unis. Tilburg accueille également un centre de pièces détachées, ici aussi pour le marché européen.

A lire aussi : Donald Trump défend-il la bonne industrie ?

Mais si les Pays-Bas ont été choisis dans le passé pour accueillir cette première implantation européenne, la Gigafactory, elle, devrait plutôt trouver refuge en Espagne. Pourquoi ? Tout simplement car la péninsule ibérique bénéficie d’un ensoleillement largement supérieur à celui qui prévaut en terres bataves. C’est cet élément qui a également plaidé en faveur du Nevada, lieu d’implantation de l’usine américaine. La France, qui fait figure d’outsider, a peu de chance de remporter la mise, de fortes tensions sociales ayant écorné dernièrement l’image de l’Hexagone.

Abonnez-vous à la newsletter