Actuellement, un véhicule équipé d’un moteur diesel coûte plus cher qu’une version à essence. Plus chères encore sont les automobiles équipées d’une solution hybride ou électrique. Un état de fait qui pourrait être chamboulé tout prochainement, les normes d’homologation basées sur les conditions réelles d’utilisation étant appelées à changer.

Du coup, selon Koei Saga, directeur technique chez Toyota, les mécaniques diesel vont devoir être doublées de nouveaux systèmes de filtrage des gaz et particules fines qui ne vont que faire augmenter le prix de ces véhicules. Les voitures équipées d’un moteur diesel sont donc inexorablement condamnées à coûter de plus en plus cher alors que la technologie propre aux véhicules hybrides et électriques devrait pour sa part se démocratiser. Saga affirme donc que "dans le futur, la technologie diesel pourra même coûter jusqu’au double du prix de la technologie hybride".

A lire aussi : Donald Trump défend-il la bonne industrie ?

À la décharge du diesel, ces propos viennent d’une marque qui promeut l’hybride plus que toute autre. À n’en pas douter, les mécaniques diesel demeureront utiles dans certains domaines bien précis, à l’image des autobus, des camions ou encore de la navigation fluviale. Et Toyota le reconnaît : "Si les règles d’homologation vont devenir complexes pour les moteurs diesel dans des pays industrialisés comme les USA, le Japon, l’Europe et peut-être même la Chine, certains pays émergeants vont continuer à avoir besoin de diesel efficaces et très coupleux". L’abandon du diesel par le géant japonais n’est donc pas pour demain, même si, très logiquement, il défend une technologie qu’il peaufine depuis deux décennies.