En 2002, Volkswagen ouvrait une usine grandiose à Dresde, un temple de verre dédié au seul assemblage de la Phaeton, qui fait alors partie intégrante du rêve de Ferdinand Piëch qui ambitionne de concurrencer Mercedes-Benz et BMW.

Située dans le centre de la ville de Dresde, cette manufaktur exhibe des murs de verre et des sols en bois tandis qu’elle est alimentée en pièces détachées et composants provenant de différents centres logistiques via un tramway-cargo révolutionnaire. Le site compte également un restaurant, un centre de livraison haut de gamme et, à défaut de tourner à plein régime, il est aussi devenu un lieu culturel pouvant accueillir opéras et cérémonies.

A lire aussi : Audi installe une nouvelle usine au Mexique

Avec l’arrêt de la production de la Volkswagen Phaeton en mars dernier, pour cause de ventes qui n’ont jamais décollé, le futur de cette usine hors norme semblait compromis. Mais une annonce effectuée à Los Angeles il y a quelques jours va sauver celle qui est communément appelée la Gläserne Manufaktur (l’usine de verre). En effet, Volkswagen a confirmé son intention de produire sa Golf électrique restylée à Dresde, où elle va recevoir une batterie de plus forte capacité, à même de lui offrir désormais une autonomie de 200 km, contre 133 auparavant.

Comme à Wolfsburg, l’usine de Dresde possède une tour d’entreposage où des robots sont chargés de ranger les véhicules neufs en tenant compte de leur date de livraison respective. Un endroit spectaculaire qui sera donc bel et bien sauvé alors que tout indiquait que sa fermeture serait inéluctable.

L’e-Golf aura donc aussi pour mission de faire oublier le "flop Phaeton"...