Les voitures de luxe ne sont pas forcément les bienvenues en Chine.

Le marché des voitures de luxe doit désormais composer avec une nouvelle taxe de 10% en Chine. Celle-ci concerne les achats de véhicules de plus de 178'000 euros, ce qui correspond essentiellement à des marques comme Lamborghini, Ferrari, Rolls-Royce ou Aston Martin.

Lire aussi:

Cette mesure vise d'une part à limiter les émissions polluantes dans le pays. Mais elle s'inscrit aussi dans une volonté globale de réduire les dépenses ostentatoires des populations aisées. Initiée par Xi Jinping, cette politique touche donc naturellement l'automobile de prestige, mais aussi d'autres secteurs du marché du luxe (joaillerie, vêtements etc...). 

L'équation va donc se compliquer pour les firmes européennes, d'autant qu'il ne s'agit pas de la première mesure restrictive imposée par Pékin. En effet, tous les véhicules importés sur le marché sont déjà taxés à hauteur de 25%.

Dans le même temps, la fiscalité avantageuse pour les voitures de moins de 1,6 litre de cylindrée pourrait être prolongée (elle devait être stoppée en fin d'année). Un sursis favorable aux constructeurs locaux, qui produisent essentiellement des véhicules de gamme basse et moyenne.

Source : Automotive, LaTribune