Mise en vente par RM Sotheby's, la GT italienne est plus sublime que jamais !

La Ferrari 250 GT est à l'automobile ce que la Vénus de Milo est à la sculpture. Un chef d'œuvre. Véritable voiture de course pour la route, et de route pour la course, la Ferrari, sortie en 1959, s'est vite inscrite comme la référence en Grand Tourisme à son époque. La 250 GT fait suite à la 250 Berlinetta Tour de France, qui s'est couronnée de lauriers en course.

1961 - Ferrari 250 GT SWB
1961 - Ferrari 250 GT SWB
1961 - Ferrari 250 GT SWB

La 250 GT existe notamment sous une forme très efficace, la "passo corto", la fameuse SWB à châssis court. Une voiture très élégante, en dépit de sa vocation sportive, dessinée par le maître Pininfarina, et réalisée par la carrosserie Scaglietti. Ce châssis court, raccourci de 200 mm, donne une vivacité très appréciée à la Ferrari, en plus d'une maniabilité accrue.

Lire aussi:

Bête de course, dame des villes

Sous le capot, on retrouve un V12 de 3,0 litres, il s'agit du fameux V12 Ferrari dit "Colombo". Imaginé par Gioacchino Colombo, ce bloc peut développer jusqu'à 240 chevaux, et peut équiper aussi bien les Ferrari de série que les Ferrari de course. Inutile donc de cacher la polyvalence de la 250 GT qui, évidemment, va faire le bonheur des pilotes, aussi bien en compétition routière que sur circuit.

En démontrent notamment ses deux victoires de catégorie au 24 Heures du Mans, ses trois succès aux Tour de France Automobile et ses deux victoires au général aux 24 Heures du Nürburging. Pourtant, cette auto reste avant tout dédiée à la route.

1961 - Ferrari 250 GT SWB
1961 - Ferrari 250 GT SWB
1961 - Ferrari 250 GT SWB
1961 - Ferrari 250 GT SWB
1961 - Ferrari 250 GT SWB

C'est le cas de cette 250 GT SWB de 1961. Une voiture qui porte le numéro de châssix n°2639, et équipée de cet intérieur dit "Lusso". Vendue neuve à Gênes, en Italie, l'auto a depuis traversé l'Atlantique et a notamment passé une partie de sa vie en Californie et au Texas. Elle a été complètement restaurée au début de la décennie, et présente les certifications Ferrari Classiche.

Évidemment, avec un tel pedigree, l'Italienne ne sera pas donnée. En début d'année 2016, Artcurial a vendu une voiture équivalente du salon de Paris de 1961 pour 16'288'000 d'euros… Un sacré placement !

Lire aussi:

1961 - Ferrari 250 GT SWB