C'est la fin d'une époque pour le gazole.

L'année 2017 va le confirmer, les blocs moteurs diesel n'intéressent plus les ménages. Les chiffres des ventes pour l'année 2016 le montrent, les Français boudent le diesel au profit de l'essence voir de l'hybride ou de l'électrique pour ceux ayant moins besoin de rouler sur des grandes distances.

En 2012, la part du moteur diesel dans les livraisons de voitures neuves représentait 64%, chiffre qui est tombé à 44% en 2015. Pour 2016, on compte près de 38% de voitures neuves qui ont été commandées dans l'hexagone avec cette technologie par les ménages. La chute est vertigineuse et n'est pas près de s'arrêter là. Au 1er janvier 2017, le gazole devra faire face à une hausse de 1 centime de taxe, alors que l'essence bénéficiera d'une baisse du même montant. L'essence bénéficiera également de la TVA récupérable pour les flottes. Dispositif qui devrait faire baisser les 95 % de véhicules roulant au diesel dans les entreprises. 

Plusieurs raisons expliquent ce regain d'intérêt pour cette énergie. Le DieselGate a lancé le processus en 2015, en dévoilant les dessous d'une tricherie mondiale afin d'imposer le gazole comme carburant. Les gouvernements ont également leur part de responsabilité dans la chute du diesel, qui a pourtant été leur favori durant de nombreuses décennies. Anne Hidalgo et Ségolène Royal ont fait plusieurs annonces expliquant qu'à Paris, mais également sur tout le territoire, les voitures roulant avec ce carburant ne seraient bientôt plus autorisées. Pourquoi les particuliers achèteraient-ils une voiture qu'ils ne pourraient pas revendre dans 5 ans, ou pire qui ne sera pas autorisée dans certains endroits ? 

L'année 2017 devrait voir une réelle chute du gazole en France ou une prise de conscience est en passe d'être prise. 

Voir: