Un programme client en vue d'équipes privées pour la catégorie reine de l'endurance en 2018.

Le constructeur britannique va rejoindre le club très fermé des constructeurs de prototypes LMP1 pour le championnat WEC et les 24 Heures du Mans en 2018.

Après le départ de Audi à la fin de la saison 2016, mais également le choix de l'équipe Rebellion de passer en LMP2 en 2017, seuls Porsche, Toyota et l'équipe privée ByKolles Racing (avec ses prototypes CLM1) composent cette année la catégorie LMP1 en WEC et aux 24 Heures du Mans.

Mais le LMP1 s'apprête à connaître un coup de boost l'an prochain puisque le constructeur Ginetta a annoncé la constructeur de 10 prototypes privés à destination d'écuries clientes, avec pour objectif d'aligner plusieurs exemplaires en WEC et aux 24 Heures du Mans.

Lire aussi:

Le projet Ginetta LMP1 sera supervisé par Ewan Baldry, le directeur technique de Ginetta, alors que le développement de la partie aérodynamique sera chapeauté par le célèbre Adrien Reynard, dont les voitures se sont illustrées au plus haut niveau du sport automobile entre 1973 et 2001. Si Reynard gèrera l'avancée des travaux aéro depuis son Auto Research Center d'Indianapolis, la voiture sera assemblée à Leeds, en Angleterre, au sein des usines Ginetta.

Des discussions sont en cours pour la motorisation, qui pourrait être assurée par Honda ou Mechachrome.

Ginetta LMP1 2

On rappellera que la dernière apparition de Ginetta au Mans remonte à 2010, avec des prototypes Ginetta-Zytek LMP2 mais aussi un châssis LMP1 rebadgé Zytek, et confié à la famille Mansell, le père Nigel et ses fils Leo et Greg – une aventure conclue prématurément après la sortie de route du premier cité lors des premières heures.

Ginetta a effectué son retour aux affaires en produisant des prototypes LMP3 depuis 2015. Non retenu par l'ACO en tant que constructeur des nouvelles LMP2 pour 2017, le constructeur britannique a donc décidé de faire directement le saut vers la catégorie reine en 2018.