Nouvelles réglementation oblige, les véhicules polluants ont un nouveau barème de malus, certains gagnent, beaucoup perdent !

En vigueur depuis le 1er janvier, le nouveau barème bonus-malus s’il chercher à éviter les effets de seuil, ces paliers qui viennent pénaliser certaines autos, lors de l’achat, tout en favorisant d’autres, émettant moins de CO2 dans l’atmosphère. Nouveauté pour cette année, les 2 et 3 roues électriques disposent désormais d’un bonus d’achat.

Mis en place pour favoriser l’achat de voitures plus propres, le système de bonus-malus a été revu pour cette nouvelle année 2017. Depuis le 1er janvier, les acheteurs d’une voiture émettant moins de 20g de CO2 par km reçoivent ainsi un bonus de 6000 euros (ou 27% du prix d’achat), soit 300 euros de moins que par le passé. Une somme qui devrait probablement continuer à baisser dans les prochaines années. L’État a toujours été clair : le système bonus-malus à l’achat se veut incitatif et temporaire, pour amorcer le mouvement, et non installé à long terme.

Tesla Supercharger Network
Renault Zoe edition one
Essai Toyota RAV4 Hybride

Viennent ensuite les voitures émettant 21 à 60g de CO2 du kilomètre, bien souvent, les voitures hybrides rechargeables, qui reçoivent un bonus de 1000 euros. A noter que les véhicules diesel ne peuvent recevoir cette aide. Enfin, les véhicules commandés avant le 1er janvier 2017 et facturés avant le 1er avril, peuvent conserver le barème de 2016, s’il est plus avantageux.

Pour les 2, 3 roues et quadricycles électriques, comme la Twizy de Renault, un bonus est mis en place sur les véhicules de puissance supérieure à 3kW. Il peut atteindre jusqu’à 1000 euros.

Lire aussi:

Malus progressif !

C’est pour les autos recevant le malus écologique que ça se gâte vraiment. La nouvelle norme se veut plus stricte, mais plus lissé. L’idée étant d’éviter les seuils, qui pouvaient notamment contraindre certains constructeurs à ne pas faire d’efforts dans la recherche de nouvelles technologies, sachant que certains de leurs véhicules ne pourraient atteindre certains seuils. Cependant, la courbe des malus est indexée sur la quantité de CO2 émise. Plus vous polluez, plus le malus sera important.

Infographie bonus-malus

Prenons l’effet inverse cependant : désormais, chaque gramme de C02 économisé peut être une économie potentielle sur le prix d’achat. Un gramme de gagné pour une voiture qui émet 190g de C02 par kilomètre, c’est une économie de 313 euros. Pas mal non ? Enfin, à l’échelle de 9973 euros de malus, cela reste peu.

Néanmoins l’application de cette nouvelle règle a un contrecoup sur l’achat de certaines voitures. Ainsi, les grosses cylindrées souffrent, à l’image des voitures émettant plus de 160g/km. Le malus peut augmenter désormais de 500 à 6000 euros ! Ainsi, des autos comme l’Audi A8 4,2 litres TDI, la BMW 335i xDrive ou la Mercedes CLS 4000 souffrent énormément de ce malus. Contrairement aux bonus, pas moyen profiter d’une rétroactivité. Si vous avez décidé d’acheter certaines de ces autos, il aurait mieux fallu se décider avant janvier !

Mercedes E-Class
La nouvelle Abarth 595
BMW 330d GT 2017 Mondial de l'Automobile

Certaines autos peuvent également profiter d’un malus moins important, de l’ordre de 10 à 1600 euros. Il s’agit des véhicules émettant 131, 133 et 151 g/km. Ce qui correspond à quelques petites sportives, comme la Fiat Abarth 695 ou l’Audi A8 3 litres TDI, en contrecarrer les mauvais résultats de sa grande sœur de cylindrée ! Peut-être l’occasion d’en profiter, pour certains modèles, non ?

Lire aussi: