Carlos Ghosn l'annonce, l'Alliance a déjà un plan pour s'adapter à la politique de Trump.

À l’occasion du forum économique de Davos, en Suisse, Richard Quest, journaliste pour CNN Money, l’entité économique du média américain, a rencontré le patron de Renault-Nissan, Carlos Ghosn.

Questionné sur l’actuelle situation politique aux États-Unis, le Brésilien, qui dirige le groupe franco-japonais, a donné sa vision sur ce qu’il pourrait se passer : "De loin, quelles vont être les règles autour de l’Alena (l'Accord de libre-échange nord-américain) ?", se questionne Carlos Ghosn.

"L’Alena est un accord entre le Mexique, le Canada et les États-Unis. L’Alena est la règle et les constructeurs automobiles se sont basés là-dessus. Si les règles autour de cet accord changent, et peut-être qu’elles vont changer, pour le moment, nous ne savons pas, alors les constructeurs automobiles vont s’adapter." Pour l'Alliance, trois marques sont directement impliquées sur le marché américain : Infiniti, Nissan et Mitsubishi.

Deux règles claires

Le patron de Renault-Nissan, dont le groupe pourrait, ces prochaines années, devenir le plus important constructeur automobile mondial, pense que la situation va très vite changer en Amérique du Nord. "Pour nous, c’est clair, les règles vont changer. Le nouveau président américain a dicté deux règles très claires : les USA d’abord et du travail pour les États-Unis." Ce qui selon-lui, sous-entend le plan de marche à suivre : "C’est vraiment clair. Si vous voulez vendre aux États-Unis, vous devez produire plus aux États-Unis, et investir localement."

Lire aussi:

Richard Quest poursuit alors son interview en demandant quelle sera la position de l’Alliance face à ces changements, et si Renault-Nissan modifierait sa stratégie vis-à-vis du marché américain. "Sans aucun doute", prévient-il. "Nous allons passer d’une situation où il y avait l’Alena, à une où nous ne savons pas ce qu’il va se passer, mais où le futur président a clairement annoncé les règles. Et l’on peut voir que tous les constructeurs sont prêts, et les décisions ont été prises d’investir aux États-Unis."

Le président de l’Alliance Renault-Nissan, à laquelle s’ajoute désormais Mitsubishi, n’a pour le moment pas donné de date pour la présentation d’un plan d’investissement aux États-Unis, mais des annonces devront être faites après celles de la future administration américaine. Carlos Ghosn est cependant sûr d’une chose : "Les capacités de production de tous les constructeurs vont augmenter aux États-Unis."

Source : CNN Money.

Lire aussi: