Le champion du monde de Formule 1 continue d'étonner.

Après l'annonce de la fin de sa carrière suite à son premier titre mondial en Formule 1, Nico Rosberg continue d'être présent dans l'actualité automobile. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le champion du monde allemand étonne toujours. En effet, après l'annonce surprise de son retrait en F1, il vient d'annoncer, à l'occasion du Forum économique mondial de Davos, qu'il était plutôt favorable à l'arrivée sur le marché de la voiture autonome.

"En fait, j'aimerais bien, parce que je passe beaucoup de temps dans des voitures, et souvent, j'aime bien qu'on me conduise, en taxi par exemple, parce que pendant ce temps, je peux me détendre à l'arrière ou même travailler. Je serais partant pour des voitures autonomes – pas seulement, car je veux piloter ma voiture moi-même parfois aussi, mais avoir cette option, c'est cool." déclare Nico Rosberg.

Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 celebrates his first Drivers World Championship title
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 celebrates his World Championship in parc ferme

Étonnant sans vraiment l'être pour un pilote, qui préfère certainement les longues lignes droites et les virages serrés, plutôt que les autoroutes limitées et les boulevards embouteillés. Il précise néanmoins qu'il aimerait bien reprendre le contrôle de la voiture quand il le souhaite. Pour le moment cette option est envisagée par plusieurs constructeurs, mais seul BMW a vraiment martelé le fait que les voitures autonomes ne devraient pas altérer le plaisir de conduire, slogan emblématique de la marque, et qu'elle devraient proposer une seconde alternative à la conduite automatisée.

L'allemand ajoute ensuite : "Avoir la confiance en cette voiture autonome, ça va être crucial, parce qu'il peut y avoir un cheval qui saute sur l'autoroute. Comment une voiture peut-elle réagir à un obstacle aussi bien que moi ? Grâce au sport auto, j'ai de très bons réflexes. Faire confiance à une voiture autonome pour réagir aussi vite que moi, ça va être énorme."

Le champion du monde a parfaitement résumé tout le travail qu'il reste à faire pour, à l'avenir, ne plus avoir à toucher le volant. En bref, ce n'est pas encore demain la veille !

Lire aussi: