Un nouveau rapport accablant pour la mairie de Pairs.

La fermeture des voies sur berge a fait couler beaucoup d'encre. Selon la mairie de Paris, il s'agit d'une décision légitime, qui doit permettre d'améliorer la qualité de l'air dans la capitale. Seulement voilà, il semblerait que la mesure n'atteigne pas ses objectifs. Au contraire, la situation se serait considérablement dégradée, comme en témoigne ce nouveau rapport publié par la région Île-de-France. Il est l'œuvre du Comité d'évaluation régional de la fermeture des voies sur berges, qui a comparé les données recueillies entre septembre et décembre 2016 aux données collectées antérieurement (au cours des 4 derniers mois 2015 et des 8 premiers mois 2016)

Lire aussi:

Les résultats de cette étude menée sous la houlette du Professeur Pierre Carli, médecin-chef du SAMU de Paris, sont en effet assez édifiants. La fermeture des voies sur berges aurait ainsi eu un impact négatif en matière de pollution, avec des émissions de NOx et de particules qui augmenteraient de respectivement 53 et 49% sur les quais hauts Rive Droite (par rapport aux 4 derniers mois de l'année 2015) ! La situation serait un peu moins critique sur le boulevard Saint-Germain, même si les chiffres sont également mauvais (+18% pour les émissions de NoX, +15% pour les particules).

Car ces récentes mesures mises en place par Anne Hidalgo entraînent un allongement sensible du temps du trajet. Les automobilistes roulent donc plus longtemps, ce qui détériore indubitablement la qualité de l'air. Sur les quais hauts, le temps de parcours entre novembre 2015 et novembre 2016 a augmenté de 25% le matin et de 92% le soir. Même son de cloche sur le Boulevard Sait-Germain, avec des hausses de 31% le matin et 87% le soir. Enfin, les nuisances sonores explosent également, avec par exemple une augmentation de 125 % sur les quais de la Mégisserie (3,5 dB) ! 

Lire aussi: