Fiat Chrysler Automobiles plus que jamais dans la tourmente.

Les conclusions de l'enquête menée sur les émissions polluantes des véhicules diesel du groupe Fiat Chrysler ont été transmises au parquet de Paris.

Le Ministère de l'Economie et des Finances a ainsi annoncé que la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), a transmis à la Justice les conclusions de son enquête visant à déceler d'éventuelles tromperies dans les chiffres d'émissions annoncés par Fiat Chrysler Automobiles sur ses modèles diesel.

Lire aussi:

Dans son communiqué, Bercy précise que le rapport a été établi après analyses des tests effectués par deux organismes, l'UTAC et l'IFPEN, ainsi que de documents transmis par le constructeur. "Il revient maintenant à la Justice de donner les suites qu’elle jugera nécessaires à ces manquements présumés.", ajoute le Ministère de l'Economie et des Finances.

Cette procédure, qui s'inscrit dans le cadre d'une enquête plus large sur les pratiques en matière d'émissions d'oxydes d'azote (NOx), et qui concerne une douzaine de constructeurs automobiles commercialisant des voitures diesel en France, avait déjà pointé du doigt les marques Volkswagen, puis Renault au cours de l'année 2016.

Euro-spec Jeep Renegade
2017 Fiat 500X

Deux cas qui avaient de la même façon été transmis à la Justice, le Parquet de Paris ayant ouvert une information judiciaire pour tromperie à l'encontre des deux constructeurs, une procédure toujours en cours à l'heure actuelle.

Fiat Chrysler est également dans le collimateur des autorités allemandes, qui soupçonnent la présence d'un logiciel de truquage des données d'émissions de ses véhicules lors des tests de mesure. Aux Etats-Unis, l'EPA, l'Agence de Protection de l'Environnement, avait également épinglé FCA pour les mêmes raisons.

Le moteur 2 litres Multijet équipant le Fiat 500X, le Doblo et le Jeep Renegade est notamment incriminé.

Face à ces accusations, le groupe Fiat Chrysler Automobiles continue toutefois d'affirmer sa bonne foi. Affaire à suivre, donc…